Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017. Lire l'article en entier

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici. Lire l'article en entier

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016. Lire l'article en entier

Bulletin de Kaspersky sur la sécurité. Spam en 2015

La part du spam dans le trafic de messagerie en 2015 a diminué de 11,48 points de pourcentage pour atteindre 55,28 %. Un tel recul s’explique par l’abandon des flux de spam comme canal de publicité pour les produits et services légitimes au profit de plateformes plus pratiques et légales et par le développement de la zone de diffusion « grise ». Lire l'article en entier

Bulletin de Kaspersky sur la sécurité en 2015. Principales statistiques pour 2015

En 2015, nous avons observé l’utilisation de nouvelles techniques de dissimulation de codes d’exploitation, de shellcodes et de charges utiles dont le but était de rendre la détection de l’infection et l’analyse du code malveillant plus difficiles. Lire l'article en entier