Infos

Virut privé de domaines clés

Virut privé de domaines clés

Le principal opérateur de Pologne et l’administrateur du registre national, NASK (Naukowa i Akademicka Sieć Komputerowa), ont pris les commandes de 23 domaines locaux qui intervenaient dans l’infrastructure de commande du réseau de zombies Virut.

Le virus polymorphe Virut qui infecte des fichiers exécutables Windows est apparu il y a plus d’un an sur Internet. Il se propage via des disques amovibles et des hébergeurs de fichiers. Ceci étant dit, l’infection peut toucher également des fichiers html en plus des fichiers exécutables. Virut possède une fonction de porte dérobée et le réseau de zombies IRC créé grâce à lui sert souvent à propager d’autres programmes malveillants en participant à de nombreux partenariats PPI. Les adresses et les numéros de port des centres de commande sont codés en dur dans le code de ce programme malveillant même si Symantec a indiqué qu’il s’était doté d’un algorithme de génération de noms de domaine au début de l’année. Il s’agit d’un mécanisme de réserve qui permet aux responsables du réseau de zombies de reprendre rapidement les commandes quand les centres de commande principaux ne sont pas accessibles.

A l’heure actuelle, le réseau de zombies Virut compte des centaines de milliers d’ordinateurs. A la fin de l’année 2012, Symantec avait comptabilisé 308 000 bots actifs par jour. Les plus grandes concentrations se trouvaient en Egypte, au Pakistan, en Inde et en Indonésie. L’année dernière, les solutions antivirus de Kaspersky Lab ont détecté Virus.Win32.Virut.ce sur les ordinateurs de 3 millions d’utilisateurs uniques. Dans le classement annuel établi par Kaspersky Lab, ce programme malveillant occupait la 5e position parmi les infections locales avec 6,8 % de l’ensemble des détections. Le groupe polonais d’intervention rapide face aux incidents informatiques(CERT) a indiqué de son côté que plus de 890 000 infections de Virut (adresses IP uniques) avaient été enregistrées en Pologne en 2012.

D’après Spamhaus, l’infrastructure de commande de Virut utilise plusieurs dizaines de domaines clés qui se trouvent, pour la majorité, dans la zone nationale polonaise. Au mois de décembre dernier, les activistes ont réussi à suspendre le service de tous les domaines de commande polonais enregistrés via différentes sociétés d’enregistrement. Des observateurs de Symantec avaient remarqué à l’époque le changement d’état de ces domaines. Malheureusement, les responsables du réseau de zombies ont vite trouvé une nouvelle société d’enregistrement et Spamhaus a du à nouveau prendre contact avec les Polonais. Suite à des efforts conjoints, tout le trafic DNS des domaines de la zone PL de Virut a été redirigé vers les serveurs du CERT polonais, sous l’égide de NASK. Certains de ces domaines étaient également utilisés par les responsables de ZeuS et Palevo. 

Outre le CERT polonais, Spamhaus a contacté le CERT autrichien et le CERT-GIB russe afin de neutraliser les domaines de commande restant de Virut. Malheureusement, la pratique démontre que les actions de ce genre contre les réseaux de zombies n’ont que des effets à court terme. Les responsables des réseaux de zombies trouvent d’autres refuges ou utilisent des méthodes alternatives pour chercher des centres de commande. Et s’agissant de Virut, à en croire Symantec, cette méthode alternative a déjà été trouvée et se présente sous la forme d’un algorithme de génération de noms de domaine.

Source :

 

Virut privé de domaines clés

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception