Infos

Une société d’analyse chiffre le coût de la fraude en Europe

La société américaine FICO, spécialisée dans l’optimisation des solutions d’entreprise et dans la protection contre la fraude a enregistré une hausse des dommages résultant de la fraude aux cartes bancaires en Europe. D’après les estimations des analystes, cet indice global en 2012 a augmenté de 6 % et 80 % de cette hausse proviennent de la France, de la Russie et de la Grande-Bretagne.

En terme absolu, les détenteurs de cartes bancaires en Europe ont perdu plus d’1,5 milliards d’euros en un an. Les habitants de France ont le plus souffert de cette escroquerie (29,8 %) et ils devancent les habitants de Grande-Bretagne (27,6 %) qui avaient toujours occupé la première place jusque là. L’Allemagne occupe la troisième position dans le classement des dommages provoqués par des escroquerie établi par la société FICO.

Au cours de la période allant de 2007 à 2012, les pertes des Français liées aux cartes bancaires ont augmenté de 65 %, ce qui équivaut à 174 millions d’euros. Ce chiffre est surprenant car la France figure parmi les premiers adaptes de la technologie associant la puce et le code PIN qui a permis de réduire le nombre de victimes de la fraude dans de nombreux pays d’Europe de l’Ouest.

L’année dernière, la part de la France représentait la moitié de l’augmentation des pertes européennes liées à la fraude bancaire. Ceci étant dit, au niveau du rythme de la croissance, ce pays est loin derrière la Russie. L’année dernière, les dommages subis par les détenteurs de cartes bancaires en Russie, selon les estimations de FICO, ont augmenté de 35 %. Ils ont triplé par rapport à 2010. Il est tout à fait possible que cette hausse s’explique par la popularité croissante de ce mode de paiement dans le pays : en 2012, l’utilisation de cartes bancaires dans la Fédération de Russie a augmenté de 100 %.

A la différence d’autres pays, l’Europe lutte contre la fraude en misant sur les innovations technologiques. Toutefois, comme le montrent les statistiques de FICO, les cybercriminels n’ont pas l’intention de rendre les armes. Les analystes en appellent à la vigilance des émetteurs de cartes bancaires et recommandent d’élargir la mise en œuvre de technologies de pointe capables de réduire le risque et de limiter les pertes financières.

L’analyse de FICO repose sur des données publiées par Euromonitor International, un organisme reconnu d’étude du marché.

Source :

http://bankinganalyticsblog.fico.com/2013/05/france-takes-unwelcome-spot-at-top-of-europes-fraud-loss-table.html

Une société d’analyse chiffre le coût de la fraude en Europe

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception