Infos

Une nouvelle attaque par substitution de la clé de chiffrement se joue des copies de sauvegarde

The Register nous apprend que la société High-Tech Bridge a diffusé un rapport sur une nouvelle attaque. Selon les informations des spécialistes de cette société, le malware vise les sites Internet qui ont accès à des bases de données. En cas de réussite de l’attaque, le site est mis hors service, un message évoquant une erreur de base de données s’affiche et le propriétaire du site reçoit une demande de rançon de la part des individus malintentionnés.

Ces individus malintentionnés modifient les paramètres de chiffrement appliqué à la base de données et placent la clé de chiffrement sur un serveur externe accessible via le protocole HTTPS. Pour ce faire, ils modifient les scripts du serveur qui interviennent dans le chiffrement et le déchiffrement à la volé des données.

La base de données fonctionne normalement pendant un certain temps, puis à un moment déterminé, la clé est supprimée du serveur, ce qui rend l’utilisation du site avec la base impossible. Le délai qui s’écoule entre la substitution de la clé et sa suppression peut atteindre jusqu’à 6 mois et il tient une part importante dans l’attaque car, au cours de cette période, les copies de sauvegarde des bases avec l’ancienne clé deviennent obsolètes et sont remplacées par des copies de la base avec la nouvelle clé.

Lorsqu’ils ont découvert l’attaque pour la première fois, les experts d’High-Tech Bridge ont pensé qu’ils se trouvaient en présence d’une attaque APT ciblée. La société a découvert ensuite un autre cas identique, sans aucun lien avec le premier. Le seul point commun entre les deux était la valeur que possédaient les ressources attaquées pour les victimes. Il semblerait que le domaine d’application de cette technique baptisée RansomWeb soit assez large.

  • Les experts ont souligné quelques particularités clés de RansomWeb :
  • L’attaque est plus efficace que n’importe quelle attaque DDoS pour mettre une ressource Internet hors ligne.
  • Les effets de l’attaque se font sentir pendant une durée indéterminée, jusqu’à la destruction complète du contenu du site.
  • Lors de l’attaque, les copies de sauvegarde sont également ciblées et ne permettent plus de restaurer le site.
  • Il est pratiquement impossible de restaurer les données sans payer la rançon et nombreuses sont les victimes qui n’ont pas d’autres choix que de s’en remettre à la bonté des individus malintentionnés.
  • Les sociétés d’hébergement ne sont pas prêtes à faire face à ce type de menace et ne sont pas en mesure de protéger leurs clients.

L’attaque peut toutefois être facilement détectée grâce aux outils de contrôle de l’intégrité des fichiers et à l’impact négatif du chiffrement d’une base de données complète sur le fonctionnement et les performances du site. Ces éléments simplifient la détection en temps utiles de l’attaque et l’adoption de mesures contre celle-ci.

Ilya Kolotchenko, directeur général de High-Tech Bridge, a déclaré : "Nous sommes probablement en présence d’une menace croissante pour les sites Internet qui pourrait détrôner les intrusions et les attaques DDoS. Les attaques RansomWeb peuvent provoquer des dégâts irréparables. L’opération est très simple pour les individus malintentionnés et très compliquée à prévenir. L’époque où les pirates attaquaient des sites au nom de la gloire et du divertissement est révolue. Désormais, ils ont des motivations financières. L’ère de l’escroquerie, du racket et du chantage sur Internet est bel et bien là".

Source :        The Register

Une nouvelle attaque par substitution de la clé de chiffrement se joue des copies de sauvegarde

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception