Infos

Un adolescent londonien impliqué dans une attaque DDoS de 300 Gbits/s ?

Un adolescent de 16 ans, impliqué dans une des attaques par DDoS les plus puissantes à avoir touché Internet il y a 6 mois, a été arrêté dans la capitale londonienne. L'arrestation, dont les détails ont été divulgués maintenant, est le fruit d'une enquête internationale menée en avril. L'inculpé a été libéré sous caution en attendant le début du procès.

Pour rappel, l'attaque DDoS dont il est question remonte au mois de mars dernier. Il s'agissait d'une action contre l'"absolutisme" de l'organisation de lutte contre le courrier indésirable Spamhaus. Dans la mesure où la cible était protégée par des défenseurs doués, l'attaque s'est vite transformée en une offensive méthodique contre toutes les lignes de défense, dont de grands fournisseurs de niveau supérieur. Le trafic poubelle, qui avait atteint un pic de 300 Gbits/s, inonda de nombreux canaux au point de provoquer des bouchons dans les noeuds d'échange du trafic et de générer des problèmes dans plusieurs services. C'est en Europe que les problèmes les plus sérieux avaient été enregistrés.

L'arrestation de l'adolescent londonien, dont le nom n'a pas été communiqué, s'est produite dans le cadre de l'opération Rashlike (qui pourrait se traduire par "Averse"). A l'heure actuelle, les seules preuves à l'encontre de l'adolescent sont le fait qu'il a été arrêté pendant une séance de communication avec "divers systèmes et forums virtuels" et que "d'importantes sommes d'argent ont transité par son compte en banque". Les autorités britanniques ont l'intention de geler celui-ci. Le matériel informatique et les périphériques mobiles saisis chez le suspect ont été soumis à une analyse.

L'enquête sur cette importante attaque DDoS implique les autorités judiciaires de plusieurs pays. L'arrestation à Londres n'est pas la seule qui a eu lieu. Pratiquement au même moment, le ressortissant hollandais Sven Olaf Kamphuis, instigateur présumé de l'attaque contre Spamhaus était arrêté en Espagne. Les spécialistes de la lutte contre le courrier indésirable avaient placé à plusieurs reprises sa société d'hébergement Cyberbunker dans les listes noires utilisées sur Internet.

L'opération Rashlike est menée par la National Crime Agency, un organisme fondé récemment sur la base du ministère de l'Intérieur, de la Défense et de la Sécurité. L'agence vise a renforcer la lutte contre la criminalité organisée sur l'Internet britannique qui "nuit aux citoyens et coûte des millions à l'économie". Les autorités britanniques sont très attentives à la question et comptent déjà plusieurs victoires à leur actif contre les "cybergangsters". Ainsi, 8 membres d'une organisation criminelle qui avaient volé 1,3 millions de livres sterling (2,1 millions de dollars)  sur les comptes de la Barclay's via Internet ont été arrêtés à Londres à la fin du mois dernier. Un peu plus tôt, 12 personnes avaient été arrêtées suite à une attaque similaire organisée contre une branche locale de la banque Santander.

Source :

http://www.standard.co.uk/news/crime/london-schoolboy-secretly-arrested-over-worlds-biggest-cyber-attack-8840766.html

Un adolescent londonien impliqué dans une attaque DDoS de 300 Gbits/s ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception