Infos

Trio condamné à 5 ans pour vol de quotas d’émission de gaz à effet de serre

Trois personnes impliquées dans une opération visant à gagner de l’argent en volant et en revendant des autorisations d’émission de gaz à effet de serre ont été condamnées en Grande-Bretagne. 

D’après les éléments de l’enquête, ces individus avaient réussi durant l’automne 2011 à accéder au registre national espagnol des participants au marché des quotas d’émission (Registro Nacional de Derechos de Emision, RENADE) et ils avaient transféré 350 000 certificats de l’Union européenne pour un montant de 3,7 millions d’euros sur le compte d’un négociant en carbone britannique. Ce dernier n’avait toutefois réussi qu’à vendre 840 certificats : les Espagnols ont détecté la fuite et ont donné l’alerte. Avec l’aide de leurs collègues britanniques, ils ont réussi à interpeller les personnes impliquées. Un peu plus tôt, ces mêmes personnes avaient tenté de soustraire plus de 426 000 quotas pour un montant de 4,1 millions d’euros depuis un des comptes enregistrés dans la base du MDP de l’ONU (mécanisme du développement propre). Cette opération fut déjouée par les administrateurs du registre qui avaient découvert à temps cet incident.

Matthew Beddoes, un pirate informatique âgé de 32 ans, est le personnage clé de l’opération. Il s’est intéressé au piratage informatique depuis son plus jeune âge. Il considérait cette occupation comme une gymnastique pour l’esprit et assurait une promotion active de ses services sur le Réseau où il a trouvé ses futurs complices. Pour Beddoes, le nouveau défi valait la peine d’être tenté et il a dédié tous ses efforts à la réalisation de ce plan criminel. Il fut malgré tout très surpris de voir que ses messages avec la pièce jointe malveillante avaient atteint leur cible. D’après les informations disponibles, les accès aux comptes de tierces personnes, les adresses de messagerie électronique et d’autres informations utiles furent obtenus de manière traditionnelle à l’aide de ZeuS.

Le trio criminel a été arrêté suite à une enquête menée par la Serious Organised Crime Agency (agence de lutte contre le crime organisé d’envergure) du Royaume-Uni. Lors des perquisitions, l’ordinateur de Matthew Beddoes a permis de mesurer l’ampleur de ses activités de pirate : près de 3 000 numéros de carte de crédit, 500 adresses de messagerie électronique, les noms d’utilisateur et les mots de passe d’employés de HSBC, Virgin, Lloyds TSB et d’autres sociétés ainsi que des copies numérisées de certificats d’identité ou l’historique de consommation et les factures d’eau, de gaz et d’électricité de familles des Etats-Unis, du Canada, des Pays-Bas et de Grande-Bretagne ont ainsi été retrouvés.

Durant le procès, Matthew Beddoes a reconnu les accusations de conspiration, d’accès non autorisé à des systèmes informatiques, d’enregistrement d’informations d’identification de tierces personnes et d’obtention de revenus par voie criminelle. Il a été condamné à 33 mois de prison ; il a reçu une peine supplémentaire de 9 mois pour avoir violé les conditions de sa détention préventive pendant le procès : dans l’attente de sa condamnation, il avait trouvé le moyen d’accéder à Internet.

Un des complices de Beddoes a été condamné à 21 mois de prison pour conspiration dans le but d’accéder aux ressources d’autrui et de perturber leur fonctionnement. Le troisième membre de la bande qui était chargé de blanchir l’argent obtenu de manière illégale a été condamné à 12 mois d’emprisonnement avec 24 mois de sursis. Il a été également condamné une amende de près de 1 200 euros et à 120 heures de travail communautaire. L’argent obtenu par les inculpés dans le cadre de leurs actions a été confisqué au profit des victimes.

Source : Carbon Credit Thieves Jailed

Trio condamné à 5 ans pour vol de quotas d’émission de gaz à effet de serre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception