Recherche

Découverte d’une backdoor complexe pour OS X

Survol

  • Backdoor.OSX.Mokes.a est une version pour OS X découverte récemment de la backdoor multiplateforme qui peut fonctionner sur l’ensemble des principales familles de système d’exploitation (Windows, Linux, OS X). Nous avons déjà publié une analyse des versions Windows et Linux.
  • Cette famille de malwares est capable de voler différents types de données sur les ordinateurs des victimes (créer des captures d’écran, intercepter les flux de données audio et vidéo, copier des documents Microsoft Office, enregistrer les frappes au clavier).
  • La backdoor peut également exécuter des commandes arbitraires sur l’ordinateur de la victime.
  • Elle communique à l’aide de l’algorithme de chiffrement fiable AES-256-CBC.

Antécédents

Au mois de janvier de cette année, nous avions découvert une nouvelle famille de backdoors multiplatformes pour ordinateurs de bureau. Au début, nous avons découvert des versions du malware pour Linux et Windows et nous avons enfin détecté une version de Mokes.A pour OS X. Elle a été programmée en C++ avec Qt, un cadre multiplateforme de développement d’applications lié statiquement à OpenSSL. Le fichier a une taille d’environ 14 Mo.

Penchons sur ce nouvel exemplaire.

Backdoor.OSX.Mokes.a décompacté

Nous avons mis la main sur un fichier avec un nom décompacté, mais nous supposons que dans la nature, il est compacté, à l’instar de la version pour Linux.

Découverte d'une backdoor complexe pour OS X

Lancement

Au premier lancement, le malware se copie dans le premier dossier accessible de la liste suivante, dans l’ordre indiqué :

  • $HOME/Library/App Store/storeuserd
  • $HOME/Library/com.apple.spotlight/SpotlightHelper
  • $HOME/Library/Dock/com.apple.dock.cache
  • $HOME/Library/Skype/SkypeHelper
  • $HOME/Library/Dropbox/DropboxCache
  • $HOME/Library/Google/Chrome/nacld
  • $HOME/Library/Firefox/Profiles/profiled

Conformément à son emplacement, le malware crée un fichier PLIST qui garantit son incrustation dans le système :

Découverte d'une backdoor complexe pour OS X

Ensuite, il établit la première session de communication avec le serveur de commande du malware via HTTP sur le port TCP 80:

Découverte d'une backdoor complexe pour OS X

La chaîne user-agent est codée en dur dans le fichier binaire et le serveur répond à cette requête de pulsation en envoyant le contenu au format text/html d’une taille de 208 octets. Ensuite, le malware établit une connexion chiffrée via le port TCP 443 à l’aide de l’algorithme de chiffrement AES-256-CBC.

Découverte d'une backdoor complexe pour OS X

Fonction de la backdoor

La tâche suivante du malware consiste à déployer les fonctions de la backdoor :

Découverte d'une backdoor complexe pour OS X

  • Interception des flux audio
  • Découverte d'une backdoor complexe pour OS X

  • Surveillance des disques amovibles
  • Découverte d'une backdoor complexe pour OS X

  • Création de captures d’écran (toutes les 30 secondes)
  • Découverte d'une backdoor complexe pour OS X

  • Balayage du système de fichiers à la recherche de documents Office (.xls, .xlsx, .doc, .docx)

Découverte d'une backdoor complexe pour OS X

L’individu malintentionné qui gère le serveur de commande peut également ses propres filtres pour les fichiers afin d’améliorer l’efficacité de la surveillance du système de fichiers, voire exécuter des commandes arbitraires dans le système infecté.

Comme sur les autres plateformes, si le serveur de commande est inaccessible pour une raison quelconque, le malware crée des fichiers temporaires qui contiennent les données qu’il a récoltées.

  • $TMPDIR/ss0-DDMMyy-HHmmss-nnn.sst (captures d’écran)
  • $TMPDIR/aa0-DDMMyy-HHmmss-nnn.aat (interception de l’audio)
  • $TMPDIR/kk0-DDMMyy-HHmmss-nnn.kkt (interception des frappes au clavier)
  • $TMPDIR/dd0-DDMMyy-HHmmss-nnn.ddt (données arbitraires)

DDMMyy = date : 070916 = 2016-09-07
HHmmss = heure : 154411 = 15:44:11
nnn = millisecondes.

If the environment variable $TMPDIR is not defined, « /tmp/ » is used as the location (http://doc.qt.io/qt-4.8/qdir.html#tempPath).

Si la variable d’environnement $TMPDIR n’est pas définie, « /tmp/ » est utilisé en tant qu’emplacement (http://doc.qt.io/qt-4.8/qdir.html#tempPath).

Commentaires de l’auteur

Comme la dernière fois, le créateur du malware a laissé des liens vers les fichiers source correspondants.

Découverte d'une backdoor complexe pour OS X

Détection

Les produits de Kaspersky Lab détectent ce type de malware sous le verdict HEUR:Backdoor.OSX.Mokes.a.

Indices de compromission

Hash :
664e0a048f61a76145b55d1f1a5714606953d69edccec5228017eb546049dc8c

Noms des fichiers :
$HOME/LibraryApp Store/storeuserd
$HOME/Library/com.apple.spotlight/SpotlightHelper
$HOME/Library/Dock/com.apple.dock.cache
$HOME/Library/Skype/SkypeHelper
$HOME/Library/Dropbox/DropboxCache
$HOME/Library/Google/Chrome/nacld
$HOME/Library/Firefox/Profiles/profiled
$HOME/Library/LaunchAgents/$filename.plist
$TMPDIR/ss*-$date-$time-$ms.sst
$TMPDIR/aa*-$date-$time-$ms.aat
$TMPDIR/kk*-$date-$time-$ms.kkt
$TMPDIR/dd*-$date-$time-$ms.ddt

Hôtes :
158.69.241[.]141
jikenick12and67[.]com
cameforcameand33212[.]com

Agent utilisateur :
Mozilla/5.0 (Macintosh ; Intel Mac OS X 10_9_3) AppleWebKit/537.75.14 (KHTML, comme Gecko) Version/7.0.3 Safari/7046A194A

Découverte d’une backdoor complexe pour OS X

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception