Infos

Spamhaus élargit les listes de blocage DBL

A partir du 1er juillet, les listes noires DBL de Spamhaus serviront non seulement à bloquer les sources de courrier indésirable et les redirections, mais également à prévenir et à identifier les infections.

Les nouveaux sous-ensembles de la base DBL permettront avant tout de distinguer les domaines enregistrés à des fins criminels et les ressources légitimes, mais compromises par des cybercriminels. Les listes des zones dont le blocage est recommandé seront enrichies des domaines impliqués dans la propagation de droppers malveillants ou dans l’administration de réseaux de zombies, à la différence des listes CBL qui contiennent les adresses IP des centres de commande des réseau de zombies.

Chaque nouveau sous-ensemble dans la DBL possède son code de retour (réponse à une requête DNS pour les objets qui figurent dans une zone concrète de la liste DNSBL Spamhaus) : domaines de phishing, domaines malveillants, domaines de centre de commande et domaines légitimes exploités par des diffuseurs de courrier indésirable, des auteurs d’attaques de phishing, des diffuseurs de programmes malveillants et des opérateurs de bots. Spamhaus va commencer à charger les nouveaux codes de retour sur les miroirs de la liste DNSBL et à les envoyer via les diffusions d’adresses à partir du 1er juillet et invite les utilisateurs de DBL de confirmer auparavant que la configuration des applications correspondantes est correcte.

La liste complète des codes de retour actifs et nouveaux figure dans la section DBL FAQ du site de l’organisation de lutte contre le courrier indésirable. Spamhaus attire l’attention des utilisateurs sur le remplacement : à partir du 1er juillet, le code 127.0.1.3 pour les domaines de redirection de courrier indésirable sera remplacé par 127.0.1.103, qui est attribué aux domaines légitimes exploités par les diffuseurs de courrier indésirable pour héberger les redirections. Ceci étant dit, le code 127.0.1.3 ne sera complètement éliminé que le 7 janvier 2015.

Spamhaus

Spamhaus élargit les listes de blocage DBL

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception