Infos

Spamhaus actualise ses listes de blocage de réseaux de zombies

L’année dernière, l’organisation non commerciale Spamhaus a repris dans ses listes noires 7 182 adresses IP uniques utilisées dans le cadre de l’administration de réseaux de zombies. Il s’agit d’une progression de 525 adresses par rapport à l’année antérieure. Les contrôleurs identifiés par l’organisation se trouvaient dans 1 183 réseaux différents.

Près de 48 % des adresses IP détectées, soit 3 425, se sont retrouvées dans la liste noire BCL (Botnet Controller List), car, d’après les données de Spamhaus, elles servaient uniquement à accueillir les centres de commande de réseaux de zombies. D’après les activistes de Spamhaus, toute adresse de type BCL peut être bloquée sans crainte et cette action n’aura aucun impact sur le trafic légitime. Les autres contrôleurs figurant dans la base de Spamhaus étaient hébergés sur des serveurs Web, ce qui explique pourquoi ils ont été repris dans une autre liste noire, à savoir la liste SBL qui signale une activité malveillante potentielle.

Comme il fallait s’y attendre, la majorité des serveurs de commande se trouvait dans les réseaux de grands FAI : OVH (France, 189 IP), Hetzner (Allemagne, 124), LeaseWeb (Pays-Bas, 120) et REG.RU (Russie, 111). Le Top 10 selon cet indicateur reprend également les hébergeurs ISPserver et Infobox (Russie), Ecatel (Pays-Bas) et intergenia (Allemagne). La concentration élevée de centres de commande de réseaux de zombies dans les réseaux de fournisseurs modestes et peu connus s’explique souvent par le manque de ressources adéquates pour le contrôle et la lutte contre les utilisations malveillantes. De plus, le centre de données du fournisseur d’accès Internet se trouve souvent dans un pays où la législation en la matière n’est pas développée, voire où la cybercriminalité n’est pas poursuivie.

La majorité des réseaux de zombies identifiés par Spamhaus repose sur des Trojans deš type Banker, avec en tête de liste ZeuS et ses parents. Ainsi, sur l’ensemble des serveurs de commande détectés l’année dernière, 2 246 reposaient sur ZeuS et 1 127 reposaient sur Citadel. La troisième place de ce classement est revenue à Asprox (566).

Outre les adresses IP associées à une activité malveillante, Spamhaus identifie également les domaines utilisés par les individus malintentionnés. Pour l’année écoulée, les activistes ont repris 3 793 domaines dans la liste noire DBL (Domain Block List). Ces domaines sont considérés officiellement comme des gestionnaires de bots. La majorité de ces enregistrements ciblés (sans tenir compte des services de sous-domaines gratuits) se trouve dans des domaines de premier niveau tels que .com (1 542 domaines de commande) et .ru (855). Le nombre est quelque peu inférieur dans les domaines .net et .su (313 et 283 respectivement). Les individus malintentionnés ont clairement marqué leur préférence pour l’enregistreur de noms de domaines russe R01 (465 noms de domaine), suivi par RU-CENTER (386) et REG-RU (348), sans oublier des enregistreurs chinois comme Todaynic.com (378) et Bizcn (328). Comme pour le classement des FAI, ce classement reprend principalement de grandes sociétés dont de nombreuses qui détectent rapidement les utilisations malveillantes et suspendent les services des domaines associés aux activités illégales.

Source :        Spamhaus

Spamhaus actualise ses listes de blocage de réseaux de zombies

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception