Infos

Sondage : SMS indésirables en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis

Selon les résultats de sondages réalisés à la demande de Cloudmark, deux tiers des britanniques et des américains qui envoient des SMS via leur appareil nomade ont reçu des SMS non sollicités au cours de cette année. Cependant, la majorité de ces utilisateurs ne sait pas comment éviter ces messages indésirables.

Ces sondages en ligne, commandités par Cloudmark, ont été réalisés à la fin du mois de septembre. Ils ont compté sur la participation de 1 164 britanniques à partir de 16 ans et de 2 475 citoyens américains de 18 ans et plus. 87 % des participants Britanniques et 72 % des Américains échangent régulièrement des messages par SMS. D’après les résultats de ces sondages, il semblerait que les Américains ne soient pas très méfiants vis-à-vis de ces messages non sollicités : 14 % ont reconnu qu’ils cliquaient sur les liens repris dans ces messages non sollicités, tandis que 9 % composaient le numéro fourni par l’expéditeur. Les jeunes âgés de 18 à 34 sont ceux qui prennent le plus de risque : leur pourcentage est 1,5 fois supérieur à la moyenne de l’échantillon.

31 % des Britanniques et 41 % des Américains répondent aux messages non sollicités en envoyant le texte STOP, ce qui ne fait que confirmer la validité de leur numéro et pousse les diffuseurs à envoyer encore plus de messages non sollicités. Une faible portion (10 % des Britanniques et 15 % des Américains) sait que dans ce genre de situation, il faut avertir l’opérateur en envoyant le SMS non sollicité au numéro 7726. Le service de l’association des opérateurs de téléphonie mobile (GSMA), lancé sur la base de Cloudmark, permet aux prestataires de recevoir des rapports détaillés sur les SMS non sollicités, de bloquer les numéros des individus malintentionnés et de ralentir leur migration dans les services mobiles.

Pour faciliter la lecture, Cloudmark a présenté les résultats des sondages pour les Etats-Unis et la Grande-Bretagne sous la forme d’un diagramme.

Source :

Source :

Sondage : SMS indésirables en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception