Infos

Skypemageddon par extraction de Bitcoins

J’écris ceci car juste après la publication de mon billet antérieur sur la campagne malveillante contre Skype, une amie du Venezuela m’a envoyé une capture d’écran de son client de messagerie Skype avec une campagne similaire en terme de propagation, mais différente au niveau des origines et des objectifs. Voici la capture d’écran originale :

(Traduction de l’espagnol : « c’est ma photo préférée de toi« )

Cette campagne vie de naître aujourd’hui et elle est continue :

Le nombre de clics moyen est assez élevé et dépasse 2 000 clics par heure. La majorité des victimes potentielles vivent en Italie, en Russie, en Pologne, au Costa Rica, en Espagne, en Allemagne, en Ukraine, etc.

Le dropper initial est téléchargé depuis un serveur situé en Inde. Le taux de détection sur VirusTotal est faible. Quand l’ordinateur est infecté, plusieurs autres programmes malveillants sont installés dans le système. Les téléchargements proviennent du service Hotfile.com. Le programme malveillant établit en même temps une connexion à son serveur de commande en Allemagne.

L’adresse IP du centre de commande est 213.165.68.138:9000

Que fait donc ce programme malveillant ? Il est très polyvalent, mais une conséquence les plus intéressante est qu’il transforme l’ordinateur infecté en esclave pour la génération de bitcoins. L’utilisation de l’UC augmente sensiblement. Voici un exemple :

Le processus cité fonctionne avec la commande “bitcoin-miner.exe -a 60 -l no -o http://suppp.cantvenlinea.biz:1942/ -u XXXXXX0000001@gmail.com -p XXXXXXXX” (les données sensibles ont été remplacées par XXXXXX). Il surexploite l’UC de l’ordinateur infecté pour obtenir des Bitcoins pour les criminels.

Comme je l’ai dit, cette campagne est très active. Si vous remarquez que votre ordinateur tourne beaucoup et que toutes les ressources disponibles de l’UC sont utilisées, votre ordinateur est peut-être infecté.

Le dropper initial est détecté par Kaspersky sous le nom Trojan.Win32.Jorik.IRCbot.xkt.

Skypemageddon par extraction de Bitcoins

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception