Infos

Service Internet criminel mis hors service par Europol

Deux ressortissant ukrainiens, soupçonnés de vendre des accès à des serveurs compromis et de blanchir l'argent obtenu via du chantage à l'aide du "virus policier" ont été détenus à Madrid. Cela faisait plus d'un an qu'Europol enquêtait sur cette affaire. Il s'agit de la deuxième action menée sur le territoire espagnol dans le cadre de l'Operation Ransom régionale visant à réduire le nombre de programmes malveillants de chantage en Europe de l'Ouest.

Les arrestations et les perquisitions découlant de l'opération Ransom II ont eu lieu au mois de juillet. Un des détenus fut capturé en flagrant délit : il menait des négociations commerciales dans un chat. Outre des ordinateurs et des preuves numériques, la perquisition a débouché sur la saisie de 50 000 euros en liquide et de plusieurs milliers d'euros sous forme électronique. D'après la police espagnole, les détenus blanchissaient chaque jours près de 10 000 euros via divers systèmes de paiement et porte-monnaie électroniques.

Pendant l'enquête, les agents d'Europol on mis en évidence 21 000 serveurs Internet compromis répartis entre 80 pays (dont 1 500 en Espagne) et mis en vente. Le seul élément qui les unissait était l'activation de la fonction Remote Desktop Connection. Les propriétaires de cette activité criminelle proposaient ces trophées à leur 450 clients qui pouvaient choisir les serveurs en fonction de la région.

Europol a l'intention de transmettre les informations obtenues sur ces serveurs aux autorités judiciaires des différents pays afin qu'elles puissent signaler le problème aux propriétaires de ces serveurs. Le nombre et la complexité des programmes malveillants va continuer d'augmenter et cette menace sur Internet représente un danger élevé explique Troels Oerting, directeur du centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3) qui fonctionne sous l'égide d'Europol. Il est important que l'utilisateur comprenne que payer le criminel est une très mauvaise idée.

Source :

https://www.europol.europa.eu/content/spanish-police-and-europol-arrest-cybercrime-service-providers

Service Internet criminel mis hors service par Europol

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception