Infos

Revoyem à la conquête de nouveaux espaces

Un chercheur indépendant qui gère un blog sous le pseudo Kafeine lance un avertissement sur l’expansion du programme malveillant Revoyem, connu également sous le nom de  DirtyDecrypt. La découverte de ce programme de chantage sous Windows remonte à mars 2013 en Allemagne et en Grande-Bretagne. D’après les informations de Kafeine, Revoyem a franchi les frontières de l’Europe de l’Ouest et touche 15 pays dont les Etats-Unis, l’Espagne, la France, l’Italie, la Turquie et le Canada.

Ce programme malveillant qui bloque l’ordinateur des victimes se propage via des redirections sur des sites pornographiques. L’internaute qui clique sur la bannière malveillante installée dans le cadre du programme de partenariat TrafficHolder arrive sur une page au contenu pédopornographique qui héberge également la sélection de codes d’exploitation Styx. Si le code d’exploitation fonctionne comme il se doit, Revoyem est téléchargé sur l’ordinateur de la victime. Ce programme bloque l’accès au système et affiche en mode plein écran un message qui accuse la victime d’avoir regardé du contenu illégal. Comme l’indique Kafeine, "L’effet est d’autant plus fort que c’est la vérité. La victime vient de regarder du contenu interdit, même si ce n’était pas voulu".  

Cette technique est traditionnelle pour les programmes escrocs même si les diffuseurs de Revoyem s’étaient abstenus jusqu’à présent de montrer de la pédopornographie. La bannière qui bloque l’accès au système imite une notification d’une organisation judiciaire. Parfois, ces bannières sont localisées. Par exemple, les victimes américaines voient un message signé par le FBI et elles sont invitées à payer une "amende" pour débloquer l’ordinateur. Les messages "du FBI" reprennent l’adresse IP et la localisation de l’utilisateur ainsi que les images interdites, les journaux des visites depuis l’adresse IP indiquée et la liste de articles enfreints par la victime.

La dernière page affichée par Revoyem indique qu’"En cas de paiement de l’amende, tous les éléments à votre charge seront supprimés de la base des preuves". Le paiement peut être réalisé via MoneyPak ou Paysafecard.

Comme l’a démontré une analyse réalisée par les experts de Malwr.com, ce programme malveillant vole les informations du navigateur en arrière-plan, après avoir désactivé le Gestionnaire des tâches et garantit sont lancement automatique à chaque démarrage de Windows. La liste des domaines associés à Revoyem au 12 septembre a été publiée sur le site Pastebin.

Source : http://threatpost.com/revoyem-ransomware-sinks-to-new-low/102311

Revoyem à la conquête de nouveaux espaces

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception