Infos

Rapport du CERT chinois sur les menaces Internet

En 2012, le groupe national d'intervention rapide face aux menaces informatiques (CNCERT) a reçu près de 19 000 plaintes, soit une progression de 24,5 % par rapport à l'année dernière. 1 200 d'entre elles ont été introduites par des organisations étrangères. Près de la moitié des plaintes (49,5 %) était liée au phishing, 39,4 % étaient liées à l'exploitation de vulnérabilités et 5,4 %, à des infections. Le nombre de victimes d'infections a malgré tout chuté de 71,2 % en un an. Le CNCERT explique cette progression par le succès de ses campagnes de nettoyage des ressources des utilisateurs.

Cette année, l'organisme qui vise à nettoyer l'Internet chinois, a détecté et pris les commandes de près de 7,4 millions d'hôtes Internet et de sites qui propageaient des programmes malveillants connus. Sur l'ensemble de cette catégorie, le CNCERT a neutralisé près de 7 000 domaines, 8 000 adresses IP et 38 000 liens impliqués dans le téléchargement de programmes malveillants. C'est en juin que le plus grand nombre de ressources infectées (plus d'un million) a été détecté.

D'après les données du CNCERT, le nombre d'hôtes Internet chinois associés à des chevaux de Troie o u à des réseaux de zombies a augmenté de 64,7 % depuis 2011 et ils étaient près de 14 millions pour la période couverte par le rapport. Dans la mesure où tous les systèmes de surveillance de CNCERT se trouvent sur le territoire chinois, la majorité des serveurs de centres de commande (adresses IP) découverts par les experts se trouve en Chine. Les listes noires de ces domaines et adresses IP malveillant sont publiées régulièrement sur le site de l'Anti Network-Virus Alliance of China). 

Le nombre de centres de commande étrangers également identifiés par le CNCERT a augmenté de 56,9 % en  un an et dépassait 73 000 unités. D'après les statistiques des experts chinois, les Etats-Unis, le Japon et Taïwan sont les principaux hôtes de centres de gestion de chevaux de Troie et de réseaux de zombies. Le CNCERT surveille de près la population mondial de Conficker. Cette années, les pièges de type sinkhole installés par les experts dans différents pays ont enregistré en moyenne chaque mois plus de 28 millions de ressources soupçonnées d'être liées à ce programme malveillant. La plus grande concentration de ces hôtes a été recensée en Chine (14,3 %), suivie par le Brésil (10,9 %), puis par la Russie, l'Inde et l'Italie (6,5, 6,3 et 4,5 % respectivement).

Au cours de la période couverte par le rapport, le CNCERT a récolté près de 163 000 exemplaires de programmes malveillants qui attaquaient les appareils nomades. 82,5 % d'entre euxvisaient le système d'exploitation Android, contre 17,5 % pour Symbian. D'après Zhou Yonglin, responsable de la division du CNCERT pour les menaces mobiles, la majorité de ces programmes malveillants se propage via les magasins d'applications, les forums en ligne et les sites Internet proposant du contenu à télécharger.

Près de 22 000 ressources dangereuses détectées par le CNCERT en 2012 étaient utilisées par les auteurs d'attaques de phishing afin d'héberger les reproductions de pages de banques chinoises. Le nombre total d'adresses IP associées au phishing s'élevait à près de 2 600. Seuls 3,8 % d'entre elles se trouvaient en Chine. 80 % étaient américaines.

CNCERT/CC Annual Report 2012 http://www.cert.org.cn/publish/english/upload/File/APCERT_Annual2012_CNCERT.pdf

Rapport du CERT chinois sur les menaces Internet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception