Infos

Programmes malveillants pour Android dans le courrier indésirable

A première vue, on pourrait croire que les messages malveillants détectés par Fireye utilisent d’anciennes astuces, mais les analyses réalisées par les experts indiquent que ces messages ne sont pas du tout envoyés dans le cadre d’attaques par téléchargement à la dérobée et qu’ils ne diffusent pas des programmes malveillants traditionnels pour ordinateur. Les organisateurs de cette diffusion ont souhaité propager de cette manière des programmes malveillants pour appareils mobiles, dont FakeDefender.

Cette campagne a été lancée au début du mois de septembre et elle exploite le nom du service postal des Etats-Unis. Le texte du faux message est le suivant : "USPS Notification: Courier couldn’t make the delivery of your parcel. Reason: Postal code contains an error" ("Notification de USPS : l’agent n’a pas pu remettre votre colis. Cause : erreur dans le code postal). Le destinataire du message malveillant était invité à "imprimer le lien" en cliquant sur le bouton du même nom.

D’après les  experts, ce lien, une fois activé, entraînait le téléchargement d’un fichier malveillant au format APK sur l’appareil de l’utilisateur. L’analyse des requêtes HTTP générées a permis d’identifier une vingtaine d’autres URL d’où des fichiers APK étaient également téléchargés. Certains d’entre eux portaient le nom LabelReader.apk.

FireEye souligne que ce programme malveillant n’est pas nouveau. L’apparition des premiers exemples remonte au début de cette année. A l’époque FakeDefender exigeait des utilisateurs un "paiement pour la suppression de menaces inexistantes sur leur appareil". Si la victime acceptait de payer la licence, son appareil mobile serait protégé contre l’installation de n’importe quel programme malveillant.

Une fois installé sur l’appareil, FakeDefender peut intercepter les appels et les SMS entrant et sortant. Dans certains cas, le programme malveillant utilise différents user-agent pour se dissimuler : il peut ressembler à un fichier .apk énigmatique, à une archive .zip portant un nom inoffensif comme Wedding_Invitation_Chicago (Invitation_Mariage_Chicago).

Android est en mesure d’empêcher l’installation de ce genre de faux antivirus, toutefois le canal de diffusion choisi par les individus malintentionnés pour cette plateforme est pour le moins inhabituel et ressemble plus à ce que l’on trouve dans le milieu des menaces pour Windows. Afin de ne pas télécharger des applications douteuses, les utilisateurs d’Android peuvent désactiver l’option "Autoriser l’installation d’applications non Market". Cette section des paramètres contient également une fonction d’analyse des applications qui empêche l’installation de programmes malveillants ou qui prévient l’utilisateur en cas d’installation indésirable.

Source: http://threatpost.com/email-spam-campaign-spreading-android-malware/102276

Programmes malveillants pour Android dans le courrier indésirable

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception