Infos

Poursuites en Allemagne pour extraction illégale de bitcoins

La police fédérale allemande a procédé à deux arrestations en rapport avec l’activité d’un réseau de zombies utilisé par des individus malintentionnés pour extraire des bitcoins. D’après les estimations des autorités, les opérateurs de ce réseau ont pu amasser l’équivalent de plus de 700 000 euros en devise virtuelle pendant toute la durée d’activité du réseau. Un troisième suspect a été interrogé et relâché car rien ne permet de le mettre en garde à vue.

Bien que le nom du programme malveillant n’a pas été cité dans le communiqué de presse officiel, plusieurs éléments permettent d’avancer qu’il s’agit d’une modification IRC de ZeuS qui télécharge l’extracteur de bitcoins et le module DDoS et du réseau de zombies Skynet comptant 10 000 ordinateurs créé sur la base de ce programme. Ce réseau avait été découvert il y a un an par les experts de G DATA qui à l’époque n’avaient pas encore remarqué que les gestionnaires du bot utilisaient Tor pour masquer le trafic de commande.

En Allemagne, le bitcoin est officiellement reconnu comme unité monétaire, mais son utilisation est uniquement autorisée dans les transactions privées. Les transactions commerciales en bitcoins sur le territoire allemand doivent être approuvées par l’organisme de régulation financière BaFin.

Lors des perquisitions, la police a découvert, en plus des réserves de bitcoins, des preuves des activités de pirate et d’escroc des individus arrêtés ainsi que des éléments de violation des droits d’auteur et de diffusion de pornographie. Le matériel informatique saisi a été envoyé à des experts.

On remarquera que l’opérateur de Skynet et l’auteur de cette modification du programme malveillant qui avait été jusque là très actif sur Reddit et Twitter n’a plus rien publié depuis les arrestations. Un jour avant, il avait réussi à annoncer une prochaine mise à niveau à ses suiveurs sur Twitter : l’auteur du virus avait l’intention d’intégrer à son œuvre un bootkit suite à la diffusion sur Internet du code source de Carberp. Le seul tweet, qui pourrait être une réponse automatique ou une commande, publié est apparu quelques jours après les descentes de la police et disait : "Vous n’avez pas arrêté le bon. La preuve ? Ce tweet. Libérez le type et rétablissez la justice". Ceci étant dit, les experts de G DATA sont convaincus que l’auteur de Skynet est un des deux individus arrêtés.

http://www.malwaretech.com/2013/12/infamous-skynet-botnet-author-allegedly.html

Poursuites en Allemagne pour extraction illégale de bitcoins

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception