Petya chiffre la table de fichiers principale

Au début, les ransomwares bloquaient le bureau. Ensuite, ils ont commencé à chiffrer des fichiers. Très vite, ils se sont lancés à l’assaut de serveurs Internet, de disques partagés et des copies de sauvegarde. Que nous réserve l’avenir ?

Permettez-nous de vous présenter Petya, un ransomware dont la cible est le secteur d’amorçage principal. Ce malware a été détecté lors de l’analyse d’une campagne de spam de faible volume qui visait les cadres de sociétés allemandes. Il chiffre la table de fichiers principale (MFT) et exige le paiement d’une rançon de 0,9 bitcoin (environ 380 dollars) pour obtenir la clé de déchiffrement.

D’après BleepingComputer, le spam malveillant contient un lien vers Dropbox qui permet de télécharger le programme d’installation du malware. Une fois exécuté, Petya substitue le MBR par un chargeur malveillant qui provoque le redémarrage de Windows et affiche à l’écran une copie de la procédure de vérification du disque (CHKDSK).

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=3Ixtt8LVpTk&w=560&h=315]

« Pendant cette fausse procédure CHKDSK, Petya chiffre la table de fichiers principale sur le disque » indiquent les chercheurs dans leur blog. Une fois que la table de fichiers principale a été endommagée, via le chiffrement dans ce cas-ci, l’ordinateur est incapable de définir l’emplacement des fichiers, voire leur existence et ils deviennent par conséquent inaccessibles. »

La demande de rançon apparaît avant le chargement de Windows ; l’utilisateur est averti du chiffrement du disque dur et il reçoit les instructions pour accéder à un site sur le réseau Tor où il pourra réaliser le paiement. Il n’existe pour l’instant aucun outil capable de déchiffrer la table de fichiers principale d’après BleepingComputer. Il est possible seulement de débloquer l’écran (faux CHKDSK) à l’aide de la commande FixMBR ou via la restauration du secteur d’amorçage principal. Dans ce cas, l’infection sera éliminée au prix d’une réinstallation complète de Windows et de la perte des données.

Petya n’est que l’exemple le plus récent d’un ransomware équipé de fonctions capables de compliquer l’analyse et la protection. Peu de temps avant la détection de Petya, c’est une autre nouveauté dans le domaine des ransomwares qui avait été détectée : PowerWare, un ransomware adepte de la méthode d’infection sans fichier.

Fonte: Threatpost

Posts similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *