Nouvelles victoires dans la lutte internationale contre la contrefaçon

S'étant fixé comme objectif de limiter les cas d'escroquerie pendant la période des fêtes, une coalition internationale d'autorités judiciaires et policières a saisi 706 domaines soupçonnés d'être liés au commerce d'articles de contrefaçon. 297 d'entre eux étaient enregistrés aux Etats-Unis, 393 dans l'Union européenne et 16 à Hong Kong.

Cette opération portant le nom de code Projet Cyber Monday IV/Transatlantic III a impliqué la police et les douanes de sept Etats membres de l'Union européenne et de Hong Kong. Les actions avaient été coordonnées par Europol, l'Immigration and Customs Enforcement (ICE) et le centre de coordination de la protection des droits d'auteur qui fonctionne sous l'égide de l'ICE. Aux Etats-Unis, ces campagnes de nettoyage sont réalisées dans le cadre de l'opération plus large Operation in our Sites (opérations "Nos sites"), lancée il y a près de quatre ans par l'ICE.. 

Dans son communiqué, l'ICE a indiqué qu'au cours de la dernière semaine du mois de décembre, les marchés en ligne et physiques sont souvent inondés d'articles de contrefaçon. La vente de copies à bon prix confond le consommateur et met en danger la sauvegarde de ses données financières saisies sur des sites d'escroquerie. De plus, même si le communiqué de presse de l'ICE ne l'évoque pas, le commerce d'articles de contrefaçon nuit à la réputation des marques et les détenteurs de ces marques sont toujours prêts à fournir aux autorités judiciaires des informations sur les violations des droits d'auteur.

D'après les données de l'IPR Center, les articles qui sont le plus souvent victimes de la contrefaçon sont les écouteurs, les maillots sportifs, les produits de beauté, les chaussures, les jouets, les articles de luxe, les téléphones mobiles et les accessoires électroniques. Les agents fédéraux réalisent des achats de contrôle, confirment s'il s'agit d'une contrefaçon avec l'aide du détenteur officiel de la marque et décident de saisir le domaine.

Rob Wainwright, directeur d'Europol, explique : "Cette opération est un excellent exemple de coopération entre les autorités judiciaires et policières de différents pays. Malheureusement, la crise économique a entraîné une réduction des revenus disponibles et dans ces conditions, l'envie d'acheter des articles à des prix ridiculement bas augmente. Le consommateur doit comprendre qu'en achetant de tels articles, il aide la criminalité organisée."

Actuellement, tous les domaines saisis ont été placés sous le contrôle des autorités des pays qui ont participé à l'opération. Une bannière officielle a été placée sur ces différents sites. Cette bannière explique les causes du blocage du site et rappelle que la violation préméditée des droits d'auteurs est une violation de la législation fédérale.

http://threatpost.com/international-law-enforcement-stop-hawking-of-fake-goods/103101

Posts similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *