Infos

Nouveau « virus policier » pour Android

Les chercheurs de Looktout ont détecté un nouveau programme malveillant sous Android qui verrouille le périphérique et qui exige, au nom du FBI, le paiement d’une "amende" pour consultation de contenu interdit. A l’heure actuelle, ce programme, baptisé ScarePackage par les chercheurs, n’attaque que les habitants des Etats-Unis.

D’après les informations de Lookout, ce nouveau programme d’escroquerie se présente sous la forme d’Adobe Flash ou d’un logiciel antivirus très utilisé et ses fonctionnalités sont identiques à celles d’un autre programme malveillant de blocage détecté récemment : ColdBrother, connu également sous le nom de Svpeng. Une fois que ScarePackage est exécuté, il imite l’analyse du périphérique et affiche à l’issue de celle-ci une fausse notification reprenant la listes prétendus problèmes détectés.

Il est impossible de quitter cette page ; même si la victime parvient à éteindre son smartphone, le message apparaît à nouveau après le redémarrage du système. Pour débloquer son téléphone, la victime doit payer la somme de 500 USD sous la forme de bon MoneyPack. Quand le code est saisi, seule sa longueur est vérifiée et non pas sa validité.

L’analyse a démontré que ScarePackage n’avait pas besoin de l’accès root pour bloquer complètement le téléphone. Les privilèges d’administrateurs lui suffisent. Le programme malveillant exploite l’utilitaire Java TimeTask toutes les 10 millisecondes pour arrêter tous les processus lancés par l’utilisateur. Il utilise Android WakeLock pour empêcher le smartphone de passer en mode veille. Le nouveau programme malveillant est également capable de voler le code IMEI et de l’envoyer au serveur de commande ou de l’afficher dans les fausses notifications pour leur donner plus de poids.

"D’après les indices linguistiques relevés dans l’application, les auteurs de ScarePackage sont probablement de nationalité russe ou originaires d’autres pays d’Europe de l’Est. Malheureusement, il est très difficile de supprimer ce programme malveillant si vous lui avez octroyé les privilèges d’administrateur" concluent les experts.

The Guardian

Nouveau « virus policier » pour Android

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception