Infos

Ne sous-estimez pas les virus !

Les programmes malicieux sont plus actifs que vous le croyez. Certains protesteront qu’il ne faut pas tomber dans la paranoïa mais les chiffres sont là. Selon une étude d’AOL, le PC de 71% des internautes français aurait déjà été contaminé par un virus, ver informatique ou cheval de Troie.

Trop d’internautes ne prennent pas ces menaces au sérieux ou pensent que les sociétés éditrices d’antivirus cherchent à booster la vente de leurs logiciels de sécurité. Ce qui n’est malheureusement pas le cas. Les cyber menaces évoluent remarquablement vite. Les nouveaux utilisateurs peu expérimentés sont une cible de choix pour les auteurs de malware. De plus en plus achètent des ordinateurs, se connectent à Internet à la maison sans savoir vraiment ce qu’est un virus ou encore un programme de Troie. Une enquête menée par la version russe de viruslist.com (la plus grande encyclopédie virale) montre que seulement 25% des utilisateurs d’antivirus mettent à jour la base de données antivirus. Ce maigre pourcentage laisse de belles opportunités pour de nouvelles épidémies.

Voici l’étude rapportée par un analyste de Kaspersky Lab. Ce dernier a installé une ligne Internet et réinstallé le système d’exploitation sur une machine par la même occasion. Une semaine et demie plus tard, l’ordinateur montrait déjà des signes de perturbations. Après scanning du disque dur, il s’est avéré que l’ordinateur avait été infecté par 78 programmes malicieux. Voici un resumé de sa découverte :

  • Trojan – 36
  • Trojan-Clicker – 2
  • Trojan-Downloader – 11
  • AdWare – 26
  • RiskWare – 3

USA Today et Avantgarde ont effectué un test du même genre sur des ordinateurs non protégés pendant deux semaines. Les machines présentaient des configurations variées dont quatre PC sous Windows XP, avec ou sans SP2 et coupe-feu. Sans coupe-feu, on dénombre 341 attaques à l’heure contre Windows XP. Avec coupe-feu on descend brutalement à moins de quatre attaques à l’heure.

Rappelons que les PC non protégés par firewall, ou non mis à jour avec les correctifs Windows, peuvent être utilisés pour lancer des attaques DoS ou des envois massifs de spams. Pour ce qui est des ordinateurs XP équipés d’un firewall ou de patchs correctifs, ils ont été imperméables aux attaques.

Marc Blanchard, directeur de l’ESAC, déclarait en Avril 2004 qu’un PC non protégé subit en moyenne, une attaque toutes les 12 secondes. Alors qu’il y a encore 2 ans, ce même ordinateur connecté de la même façon à Internet, ne subissait une attaque que toutes les 30 minutes.

Ne sous-estimez pas les virus !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception