Infos

Mozilla demande aux autorités de certification (AC) de fournir des détails sur les contrôles des certificats subordonnés.

Mozilla a signalé aux autorités de certification qui appartiennent à son programme de certificat d’autorité de certification racine qu’il ne leur restait que quelques semaines pour s’adapter à la nouvelle politique de la société qui oblige ces autorités à adopter les exigences de base du forum AC/navigateur et à fournir des preuves des audits réalisés sur les certificats subordonnés. La société a modifié sa politique l’année dernière et avait octroyé un délai de près d’un an aux autorités de certification pour s’adapter et le délai arrive bientôt à échéance.

Il y a plus de deux ans que les responsables de Mozilla ont commencé à débattre des modifications de la politique applicable aux AC et cela avait suscité un grand débat parmi les autorités de certification. La principale modification est la suivante : Mozilla exige que les autorités de certification subordonnées, c’est-à-dire celles qui remontent jusqu’à un certificat racine dans le programme de certificats de la société, soient soumises à un audit ou à des contraintes sur la manière dont leurs clés sont utilisées par les autorités de certification subordonnées.

Dans un message envoyé mercredi aux autorités de certification, Kathleen Wilson, de chez Mozilla, rappelait que ces dernières devaient fournir avant le 30 mai des informations spécifiques sur la manière dont elles traitaient les autorités de certification subordonnées.

“Veillez à ce que le classeur des certificats racine inclus de Mozilla propose le lien correct vers votre déclaration d’audit la plus récente et que la date de cette déclaration soit correcte. Conformément à la politique de maintenance des certificats des AC de Mozilla, toutes les AC dont les certificats sont distribués avec nos logiciels doivent nous remettre chaque année une déclaration mise à jour qui atteste de leur respect des exigences de vérification énoncées et d’autres critères d’exploitation par un ou des tiers compétents et indépendants » peut-on lire dans le courrier électronique.

Cette modification est le résultat d’un nombre d’incidents survenus chez des autorités de certification qui ont fait beaucoup parler d’eux et de l’utilisation de certificats volés dans des campagnes de diffusion de programmes malveillants et des attaques ciblées. Au cours de ces dernières années, une poignée d’autorités de certification, dont DigiNotar et Comodo, a été compromise et dans certains cas, des certificats illégaux ont été émis pour des sites à profil élevé et utilisés dans des attaques.

Cette modification vise à exercer des contrôles plus stricts sur les autorités de certification. Les autorités de certification racine qui figurent dans des navigateurs comme Firefox, Internet Explorer et Chrome sont intégrées et les utilisateurs connaissent rarement l’identité des sociétés qui se cachent derrière ces autorités de certification et il leur est difficile de savoir si on peut leur faire confiance. Pour les responsables de Mozilla, cette modification de la politique applicable aux certificats des autorités de certification est une manière de mieux gérer le fonctionnement de ces autorités.

« La participation au programme de certificats des autorités de certification de Mozilla dépend uniquement de nous et nous adopterons toutes les mesures requises pour garantir la sécurité de nos utilisateurs. Néanmoins, nous croyons que la meilleure manière de protéger cette sécurité est de travailler avec les autorités de certification en tant que partenaires afin de favoriser une communication ouverte et franche et de rechercher activement toutes les améliorations possibles » explique Kathleen Wilson dans un courrier électronique.

Threatpost

Mozilla demande aux autorités de certification (AC) de fournir des détails sur les contrôles des certificats subordonnés.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception