Infos

« Mauvaises nouvelles » pour Android

Un expert en sécurité du service mobile Lookout a détecté des représentants d’une nouvelle famille de chevaux de Troie pour Android dans 32 applications proposées par quatre éditeurs différents sur Google Play. D’après les statistiques du magasin en ligne, les produits infectés ont été téléchargés entre 2 et 9 millions de fois.

BadNews (littéralement « mauvaises nouvelles ») se masque sous les traits d’un paquet SDK inoffensif, bien qu’agressif, pour un réseau de publicités. Pour déjouer la protection de Google Play, les auteurs du programme malveillant ont mis en place une copie de réseau de publicités via lequel le code malveillant peut être téléchargé sur les appareils infectés. Une fois exécuté, BadNews envoie au serveur de commande les informations relatives à l’appareil infecté (numéro de téléphone, IMEI), puis le contacte une fois toutes les quatre heures pour obtenir les instructions suivantes. Le nouveau cheval de Troie est capable d’afficher de faux messages au nom de services légitimes (Skype, VKontakte) qui amènent l’utilisateur à installer d’autres programmes malveillants. Ainsi, l’analyse d’un des exemplaires de BadNews a permis de découvrir qu’il propage un cheval de Troie bien connu responsable de l’envoi de SMS à un numéro russe surtaxé. L’analyse a également démontré que le code du nouveau programme malveillant est similaire à celui de nombreux chevaux de Troie par SMS développés en Europe de l’Est.

Les individus malintentionnés qui gèrent BadNews via le serveur de commande peuvent suspendre l’exécution de sa fonction malveillante. Dans ce cas, l’analyse initiale montre que l’application téléchargée ne présente aucun danger. Pour cette raison, Lookout invite les développeurs d’applications à confirmer que les bibliothèques tierces insérées dans les applications n’ont pas de composants malveillants et recommande aux services de sécurité informatique des entreprises d’ajouter le suivi des activités à l’analyse initiale de l’application.

Près de la moitié des applications Android malveillantes détectées par Lookout sont diffusées avec des jeux en russe, des animations, des recueils de régimes, des recettes, des dictionnaires et des manuels. Suite aux commentaires des experts, toutes les applications infectées ont été retirées de Google et les comptes des développeurs ont été bloqués. Lookout a pu identifier trois serveurs de commande mis en place par les opérateurs de BadNews en Russie, en Allemagne et en Ukraine. Ils sont toujours actifs, mais la société cherchent à les mettre hors ligne.

Source :

« Mauvaises nouvelles » pour Android

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception