Infos

Les points d’accès Wi-Fi d’AT&T insèrent des publicités dans les pages Internet

Comme l’indique CSO Online, AT&T, le plus grand opérateur de télécommunication des Etats-Unis, installe des points d’accès qui insèrent des bannières publicitaires dans les pages Internet chargées. C’est ce qu’a déclaré Jonathan Mayer de l’Université de Standford.

Alors qu’il se trouvait à l’aéroport de Dallas la semaine dernière, Jonathan Mayer a remarqué sur des pages du site de l’Université de Standford des publicités pour des bijouteries et des services d’AT&T qu’ils n’avaient jamais vues à cet endroit. D’autres sites affichaient également des publicités.

Il semblerait qu’AT&T coopère avec la société RaGaPa, spécialisée dans le branding des points d’accès. Le service ajoute trois fragments de code distincts à un onglet de navigateur afin d’insérer des blocs de publicité sur le site, y compris un bloc de secours au cas où le navigateur n’accepterait pas JavaScript.

Un représentant d’AT&T a déclaré à PCWorld : « Nous avons testé un logiciel publicitaire pendant une période définie dans deux aéroports (Dallas et Reagan). Ces essais sont terminés. Ils s’inscrivaient dans une initiative visant à trouver des alternatives pour offrir un accès Wi-Fi gratuit qui soit rapide, sûr et protégé. »

Toutefois, l’insertion de publicités peut générer des problèmes de sécurité là où ils étaient inexistants. Jonathan Mayer affirme que cela peut compromettre le site et permettre à un tiers, RaGaPa dans ce cas, de voir toutes les actions réalisées dans le navigateur.

La bonne nouvelle est qu’il existe un moyen de se protéger contre ce type d’insertion de publicités. L’installation de l’extension HTTPS Everywhere d’EFF oblige le navigateur à ouvrir une connexion chiffrée via HTTPS pour tous les sites qui prennent ce protocole en charge. La technologie qui permet d’insérer des publicités ne peut pas fonctionner dans une connexion HTTPS.

De même, le recours à un VPN lors de la connexion à un point d’accès Wi-Fi public permet de se protéger non seulement contre les publicités indésirables, mais également contre les attaques de pirates.

Source: CSO Online

Les points d’accès Wi-Fi d’AT&T insèrent des publicités dans les pages Internet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception