Infos

Les exploitants de Kelihos augmentent leur potentiel

Le chercheur en sécurité de l’information et blogueur britannique MalwareTech, qui consacre beaucoup de temps à l’analyse des réseaux de zombies et des ransomwares, a observé une augmentation sensible des cas d’infection de Kelihos.

D’après les données dont dispose cet expert, le réseau de zombies Kelihos, spécialisé dans la diffusion de spam, désormais malveillant, est entré dans une phase de croissance depuis la fin du mois de juin. Au cours de la deuxième décade de juillet, le nombre de zombies de ce réseau est passé de 8 000 à 13 000, toutefois l’augmentation la plus importante a été enregistrée le 22 août quand le nombre total de bots de Kelihos, enregistrés par le dispositif de suivi de MalwareTech, a été multiplié par 2,5 au cours d’une journée pour dépasser 34 500 unités. Au même moment, le nombre de requête DNS du malware dans le cadre de son système de recherche de nœuds de secours dans le réseau de zombies a connu une augmentation importante également.

Comme il fallait s’y attendre, le nombre le plus élevé de nouvelles infections de Kelihos a été enregistré en Turquie, au Mexique, en Inde, en Iran, au Brésil et dans d’autres pays en développement.

Après être passé à la diffusion de spam malveillant (antérieurement, ce réseau de zombies était utilisé uniquement pour diffuser des messages de type « pump and dump » ou promouvoir des pharmacies en ligne sans licence), Kelihos a d’abord commencé par diffuser abondamment le ransomware WildFire. L’expert estime qu’il s’agissait d’un essai pour les opérateurs du réseau de zombies car après WildFire, ils ont diffusé un malware d’un autre auteur, ainsi qu’un trojan bancaire basé sur le code source de ZeuS.

MalwareTech est arrivé à la conclusion selon laquelle il est tout à fait possible que l’opérateur de Kelihos a compris que la diffusion de ransomware et de trojans bancaires via le spam était plus rentable que de continuer sur la voie sans issue des messages « pump and dump ».

Fonte: Malwaretech

Les exploitants de Kelihos augmentent leur potentiel

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception