Infos

Les diffuseurs de courrier indésirable dissimulent les réseaux de zombies derrière des sites compromis

La société Trend Micro a détecté une nouvelle tactique employée par les diffuseurs de courrier indésirable afin d’augmenter la durée de vie de leurs réseaux de zombies. Les individus malintentionnés ont distribués les fonctions principales exécutées dans le cadre des campagnes de diffusion de messages non sollicités et ont réduit au minimum les communications entre les nœuds fonctionnels du réseau de zombies.

D’après les informations de Trend Micro, le réseau de zombies StealRat contient trois niveau d’exécution :

  • les sites Internet compromis qui diffusent le courrier indésirable :
  • systèmes infectés utilisés pour le téléchargement et le transfert des données indispensables à la diffusion des messages non sollicités ;
  • les sites Internet compromis qui chargent le programme malveillant.

Le mode de fonctionnement du réseau de zombies est le suivant :

  1. la victime de l’infection se connecte à un serveur contrôlé par les responsables du bot et télécharge les données requises pour la diffusion des messages non sollicités comme l’adresse du serveur de messagerie de secours, le nom des expéditeurs, l’adresse des destinataires et les modèles du message non sollicité ;
  2. Ces informations sont transmises à un site Web compromis qui les utilisent pour créer et diffuser le message non sollicité contenant le lien malveillant ;
  3. Les destinataires qui cliquent sur le lien malveillant se retrouvent sur un autre site compromis (en général, un site de pornographie ou une pharmacie en ligne) et sont attaqués.

Dans ce genre d’attaque, le serveur des diffuseurs de messages non sollicités est dissimulé par trois niveaux de participants involontaires au réseau de zombies : deux d’entre eux sont les sites compromis et le troisième, les ordinateurs infectés. Jessa De La Torre, spécialiste chez Trend Micro de la réaction face aux menaces sur Internet explique : "L’ordinateur infecté sert de maillon entre le serveur et le site compromis. Vu que le serveur n’interagit pas directement avec la source du courrier indésirable, c’est comme si le message non sollicité avait été envoyé par l’ordinateur infecté. Et le message non sollicité en lui-même ne transporte pas de charge utile, si bien qu’il n’existe pas de lien évident entre celui-ci et le programme malveillant. Les responsables du bot ont réparti les fonctions clés et ont réduit au minimum les interactions afin de couper tous les fils qui permettraient de les relier les unes aux autres."

Le site compromis utilisé pour organiser la diffusion de messages non sollicités contient une sélection de scripts php spécialisés et d’informations sur le lien malveillant à introduire dans le modèle. En guise de service de messagerie, l’expéditeur des messages malveillants indique le domaine dans lequel se trouve le site générateur des messages non sollicités : [nom de l’utilisateur]@[nom du domaine]. 

Le programme malveillant utilisé par les responsables du bot est lui aussi quelque peu inhabituel. Par exemple, lorsqu’il reçoit des instructions depuis le serveur de commande, certaines de ses versions tentent de dissimuler le trafic réseau en remplaçant le nom de l’hôte par google.com. Elles ne se connectent pas directement au serveur, mais interrogent le service de messagerie dans ce même domaine, par exemple mx1.[nom du domaine]. Le trafic réseau généré par le programme malveillant affiche uniquement le nom d’hôte falsifié d’où la connexion a été établie, à savoir google.com. 

Après avoir étudié StealRat pendant un mois, les experts ont pu obtenir les données suivantes sur ce réseau de zombies :

  • près de 85 000 domaines/adresses IP uniques interviennent dans la diffusion des messages non sollicités ;
  • chaque adresse IP/domaine contient en moyenne deux scripts pour la diffusion des messages non sollicités ;
  • chaque ordinateur infecté envoie chaque jour au moins 8 640 enregistrements vers des sites générateur de messages non sollicités ;
  • la base de diffusion de messages non sollicités de StealRat contient près de 7 millions d’adresses de destinataires potentiels.

Source pour la traduction : http://news.softpedia.com/news/Spam-Botnet-StealRat-Uses-2-Hijacked-Sites-1-Computer-to-Evade-Detection-370004.shtml

Les diffuseurs de courrier indésirable dissimulent les réseaux de zombies derrière des sites compromis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception