Infos

Les auteurs d’escroquerie par SMS passent à la caisse

Les propriétaires de Rentbro Inc., accusés par la Federal Trade Commision des Etats-Unis, d’avoir diffusé des SMS non sollicités promettant des prix "gratuits" ont décidé de négocier avec les autorités et ont accepté de rembourser 377 000 dollars obtenus de manière illicite.

D’après les documents soumis par la FTC, la société Rentbro Inc., spécialisée dans le marketing de partenariat, avait envoyé plus de 42,5 millions de SMS non sollicités à des abonnés. Le destinataire du message apprenait qu’il avait remporté un lot et qu’il allait recevoir un chèque-cadeau de 1 000 dollars américains valide chez les plus grands distributeurs comme Best Buy, Target et Walmart. Pour obtenir son "prix", le destinataire devait saisir le code 312 sur le site indiqué. 

D’après les témoignages de la FTC, la création de ce site s’inscrivait dans le cadre de l’escroquerie planifiée par les inculpés. De là, le visiteur était envoyé vers une multitude de ressources tierces où il fallait remplir des questionnaires ou s’inscrire à des campagnes publicitaires douteuses et onéreuses.

D’après les termes de l’accord à l’amiable, le contrevenant ne pourra plus organiser de diffusions illégitimes et tromper les consommateurs. Tous les actifs de Rentbro ainsi que l’argent obtenu par escroquerie ont été confisqués.

Il s’agit du deuxième cas de règlement à l’amiable dans le cadre d’une action d’envergure menée par la FTC pour réduire les escroqueries par SMS. Mardi dernier, huit poursuites ont été entamées contre 29 sociétés et personnes physiques dans divers États. D’après les données de la FTC, les inculpés ont diffusés plus de 180 millions de SMS non sollicités. Tous ces messages tentaient de séduire le destinataire à l’aide d’un prix "gratuit" ou d’un chèque-cadeau, mais aucun d’entre eux n’évoquait les conditions d’obtention de ces prix, notamment les conditions liées aux dépenses financières.

Source : http://www.ftc.gov/opa/2013/09/rentbro.shtm

Les auteurs d’escroquerie par SMS passent à la caisse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception