Infos

Le spam géosocial déjoue les filtres de contenu

Les chercheurs de la société de sécurité de l’information californienne DataVisor ont découvert une nouvelle astuce inhabituelle utilisée par les diffuseurs de spam sur les réseaux sociaux. Les individus malintentionnés ont abandonné les diffusions traditionnelles et la publication de messages non sollicités qui peuvent être facilement filtrés par les analyseurs de contenu. Les spammeurs exploitent désormais l’application standard du réseau social et insèrent la publicité dans la description de faux profils au lieu du nom.

Ces faux comptes sont très nombreux. Pour toucher le plus de monde possible, les spammeurs utilisent une autre fonction du service, accessible via le module GPS des applications mobiles. Le GPS permet aux membres du réseau social de chercher des voisins qui partagent les mêmes intérêts, de consulter leur profil et d’échanger des informations. Il suffit de créer une attache géographique : choisir un point sur la carte et le consolider dans les paramètres. Ces valeurs deviendront accessibles à toutes les applications de l’appareil.

A l’aide de faux GPS, les individus malintentionnés « installent » leurs personnages dans des grandes villes pour que la publicité intégrée aux faux profils soit visible par toutes les personnes qui utilisent la commodité du réseau géosocial. Les chercheurs donnent l’exemple d’une de ces imitation de module GPS client : Mock GPS.

Les campagnes de spam de DataVisor possèdent une période d’incubation relativement longue, ce qui complique davantage la détection. Les préparatifs peuvent durer plusieurs semaines : les spammeurs créent les comptes et rédigent le profil petit à petit en fournissant les informations requises. Ces préparatifs invisibles à première vue peuvent s’étendre sur plusieurs mois, voire des années, avant d’être intégrés à une campagne de spam.

Les experts précisent que ces profils de spam ne peuvent être interceptés par les méthodes traditionnelles qui reposent sur l’analyse du contenu. Il faut compter ici sur des méthodes modernes de pronostic. Le spam social n’est pas un phénomène rare mais vu l’ampleur, l’efficacité (le milieu de confiance est un avantage pour les spammeurs) et la durée des campagnes (le contenu est en ligne 24h/24 7j/7 et il est rarement utilisé), il provoque de sérieux dégâts pour la réputation et peut engendrer des pertes de clients et de revenus, surtout ceux tirés de la publicité. Pour cette raison, les opérateurs de réseaux sociaux doivent être attentifs et adopter les technologies de pointe dans la lutte contre le spam s’ils souhaitent survivre à cette épreuve.

Source: Help Net Security

Le spam géosocial déjoue les filtres de contenu

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception