Infos

Le phishing devient mobile

L’année dernière, les experts de Trend Micro ont détecté 4 000 URL de phishing associées à des sites développés pour la consultation depuis des appareils mobiles. Bien que cela représentait moins d’un pour cent de l’ensemble des liens de phishing détectés par la société en un an, ces statistiques témoignent du fait que les plateformes mobiles deviennent une cible de plus en plus intéressante pour les auteurs d’attaques de phishing.

D’après les données de Trend Micro, 75 % des URL de phishing diffusées pour les appareils mobiles menaient vers des faux sites de services de transactions bancaires ou de services de paiement sur Internet. 4 % menaient aux versions mobiles de magasins en ligne, 3 % vers les sites d’opérateur de téléphonie, 2 % vers des sites de réseaux sociaux et 2 % vers des services de messagerie. PayPal arrive en tête du Top 10 des marques utilisées l’année dernière dans le cadre des attaques de phishing sur les plateformes mobiles. Ce classement compte également 5 banques, le site de ventes aux enchères sur Internet eBay, un service de paiement hollandais, un opérateur de téléphonie français et le populaire site de rencontre Match.com.

Les experts signalent que les utilisateurs d’appareils mobiles sont des proies faciles pour les auteurs d’attaques de phishing. La petite taille de l’écran ne permet pas de voir correctement la page affichée et de définir vraiment si elle est fiable. De plus, à la différence des ordinateurs de bureau, la majorité des appareils mobiles utilise un seul navigateur par défaut, ce qui simplifie sensiblement l’organisation d’attaques de phishing. Qui plus est, les utilisateurs d’appareils mobiles ne se rendent pas toujours compte du fait que leur appareil est en réalité un ordinateur. Les tablettes et les smartphones sont vulnérables aux cyberattaques et requièrent une protection spéciale. Au moment de relever son courrier sur son appareil mobile, l’utilisateur ne peut pas cliquer sans réfléchir sur les liens contenus dans les messages non sollicités. Trend Micro conseille de saisir, si possible, les URL manuellement ou d’utiliser des favoris.

Sources :

Le phishing devient mobile

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception