Le créateur de Fakemart  » gagne  » un bracelet électronique

Le jeune français de 20 ans qui avait infecté 17 000 smartphones Android a été condamné à 1 an de prison, dont six mois fermes. Pour le reste de sa peine, il devra porter un bracelet électronique.

Dylan Caron reconnaît qu’il a touché à l’informatique dès l’âge de 3 ans et vers 9 ans, il a commencé à s’intéresser à la programmation. A 12 ans, tout le monde s’était rendu compte de ses capacités et il avait un QI de 145, ce qui n’empêche pas l’adolescent d’arrêter ses études de formation professionnelle. Mais Dylan continue de rêver d’une carrière de programmeur et après avoir réfléchi à la manière de payer ses jeux intellectuels en ligne, il a décidé de se lancer un défi de de créer un cheval de Troie SMS inhabituel en une heure seulement.

Ce programme malveillant, baptisé Fakemart par les experts, était diffusé via des magasins d’applications en ligne sous les traits de copies gratuites d’applications Android très recherchées. Une fois exécuté sur le périphérique infecté, le cheval de Troie envoyait des SMS à l’insu de l’utilisateur à un numéro, interceptait les réponses contenant le code d’accès au service de jeux et le transmettait à Caron. Le compte de la victime était débité de 4,5 euros pour chaque SMS. Grâce aux codes d’accès obtenus à l’aide de Fakemart, Dylan Caron pouvait s’adonner à son petit vice : participer à des quizz en ligne et gagner de modestes lots. En l’espace de quelques mois, le cheval de Troie développé par Caron a réussi à infecter17 000 smartphones sous Android, provoquant des pertes totales de 500 000 euros.

L’auteur de virus autodidacte n’avait même pas imaginé que sa création connaîtrait une telle diffusion. Pour lui, il s’agissait simplement d’une démonstration, d’une confirmation qu’un diplôme en programmation n’était pas l’élément essentiel dans la profession. Dylan Caron n’était pas très intéressé par les avantages financiers qu’aurait pu lui procurer le cheval de Troie : cette escroquerie a rapporté au jeune Français la somme de 4 000 euros (vraisemblablement l’argent remporté dans les quizz) qu’il a dépensé en matériel informatique et en jeux.

Dylan Caron accusé d’escroquerie et d’atteinte au matériel d’autrui, risquait jusqu’à 5 ans d’emprisonnement. En raison de circonstances atténuantes, la procureure avait sollicité une peine d’un an de prison avec sursis et de 24 mois de mise à l’épreuve. Le jugement a été plus sévère : le juge a tenu compte de l’ampleur des dommages et du fait que le programme malveillant circule toujours et constitue toujours une menace. La condamnation ne sera pas inscrite au casier judiciaire du jeune homme mais il sera obligé de trouver un emploi.

Source :

Posts similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *