Infos

Le chiffrement faible n’est plus pris en charge par Node.js 4

Node.js 4.0.0 est sorti il y a deux jours et à l’instar de toute mise à jour importante d’une application quelconque, cette version propose des modifications de taille.

Node est resté pendant de nombreuses années à la version 0.x. Il n’était pas considéré comme assez stable pour passer à la version 1.x et pour cette raison, la communauté a créé la fourche io.js sur la base de son code. Cette fourche a fait l’objet de nombreuses améliorations, indépendamment de Node.js, et est arrivée à la version 3.3.0.

Désormais, les deux projets ont décidé d’unir le code dans la version Node.js 4.0.0 et la communauté Node a pu découvrir de nombreuses nouvelles fonctions, uniques pour la plupart ou très différentes de ce que l’on pouvait trouver dans l’ancienne version 0.12.x

Il y a deux modifications à signaler en matière de sécurité qui auront un impact sur la manière dont vous codez un projet dans Node.js.

Tout d’abord, les développeurs de Node sont parvenus à la même conclusion que certains développeurs de navigateurs et ingénieurs d’IETF.

« RC4 est désormais considéré comme dangereux et la liste des chiffres utilisés par défaut pour les serveurs TLS a été supprimée » ont déclaré les développeurs de Node. « Lorsque vous lancerez un nouveau serveur TLS, il faudra utiliser l’option de définition d’une liste alternative.

La deuxième modification de taille concerne SSL : avec Node 4, SSLv2 et SSLv3 sont désactivés lors de la compilation.

SSLv2 est désactivé car il est dépassé et qu’il « possède depuis près de 20 ans une réputation de protocole compromis » tandis que SSLv3 a été désactivé car il est sensible aux attaques par réduction du chiffrement.

Source: Softpedia

Le chiffrement faible n’est plus pris en charge par Node.js 4

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception