Infos

La FTC déclare la guerre aux escroqueries par SMS

La Commission fédérale du commerce (FTC) a intenté huit actions en justice contre des diffuseurs de publicités et des propriétaires de sites d’escroquerie soupçonnés de participer à la diffusion de SMS promettant des prix « gratuits » et des chèques-cadeaux.

Sur le banc des accusés, on trouve 29 sociétés et individus qui ont envoyé globalement, selon les données de la FTC, plus de 180 millions de SMS non sollicités. Les destinataires étaient attirés par différents prix, dont des chèques-cadeaux d’une valeur de 1 000 USD à utiliser dans des grands magasins comme Best Buy, Walmart et Target. Mais dès que le destinataire cliquait sur le lien, il découvrait que pour obtenir ce prix « gratuit », il devait remplir une enquête douteuse et visiter divers sites de publicités où il pouvait en plus être abonné à des services payants. Dans certains cas, les prétendants au « cadeau » étaient obligés d’accepter plus d’une dizaine de propositions de ce genre, dont des demandes de crédit et d’abonnements payants qui requièrent la divulgation d’informations financières. Le prix n’était souvent qu’une illusion et les données personnelles récoltées à l’issue de la campagne de diffusion de messages non sollicités étaient ensuite vendues à des tiers qui les utilisaient pour organiser des diffusions marketing.

La FTC a intenté sept actions en justice dans différents états contre les organisateurs de diffusions de SMS non sollicités, dont le récidiviste Phillip Flora et une action contre des opérateurs de sites d’escroquerie. Le régulateur américain espère que le tribunal interdira ces escroqueries dans la promotion de services payants et que le volume de diffusion de messages non sollicités sera limité. D’après le demandeur, les expéditeurs des publicités par SMS ont visé des abonnés aléatoires, bien que dans 12 % des cas le tarif du destinataire ne prévoyait pas l’utilisation de SMS. Les opérateurs de sites associés aux diffusions de messages non sollicités ont violé les règles du commerce loyal car ils dissimulaient des informations importantes, comme les conditions d’obtention du prix « gratuit », notamment la partie concernant les dépenses financières. De plus, d’après les FTC les opérateurs des ressources d’escroquerie organisent et paient les diffusions de spam et tirent également un bénéfice de l’augmentation du trafic sur les sites Web des partenaires.

Source: FTC Cracks Down on Senders of Spam Text Messages

La FTC déclare la guerre aux escroqueries par SMS

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception