Infos

Jugés pour vengeance avec dommages

Un jury londonien a condamné à des peines d’emprisonnement trois personnes impliquées dans des attaques DDoS contre des systèmes de paiement organisées par des hacktivistes en soutien à WikiLeaks. Il s’agit de la première condamnation d’auteurs d’attaques DDoS dans le système judiciaire britannique.

Les attaques DDoS contre PayPal, Mastercard et Visa avaient été organisées il y a deux ans dans le cadre de l’ « opération Payback » (« Revanche ») d’Anonymous contre les personnes luttant contre le piratage, les défenseurs des droits d’auteur, les studios de cinémas et les labels de musique. En décembre 2010, les hacktivistes ont concentré leur colère justicière sur les organisations de paiement qui avaient refusé de continuer à offrir des services de traitement des paiements pour le projet WikiLeaks qui se trouvait au centre d’un scandale politique. Cette cyberattaque avait coûté à Paypal plus de 5,5 millions de dollars américains. L’IFPI (Fédération internationale de l’industrie phonographique) a estimé pour sa part que les pertes subies à l’issue de l’opération Payback s’élevaient à 31 400 dollars américains. De son côté, l’association britannique de l’industrie phonographique (BPI) déclarait avoir subi des pertes équivalentes à 4 000 livres sterling, tandis que le célèbre club britannique Ministry of Sound avait perdu 9 000 livres britanniques.

Les participants à l’opération ont été condamnés pour conspiration et violation du fonctionnement normal d’un ordinateur d’autrui. Trois inculpés avaient reconnu leur tort tandis queChristopher Weatherhead, âgé de 22 ans et connu sous le nom de Nerdo, insistait sur le fait qu’à l’époque, il n’était qu’un simple étudiant qui ne faisait qu’observer avec curiosité les actions des auteurs des attaques DDoS. Toutefois, l’accusation a soumis des documents qui non seulement prouvent l’implication du jeune britannique dans les attaques contre les services de paiement, mais également le rôle clé qu’il a joué dans les préparatifs. En effet, Christopher Weatherhead partageait son temps entre l’université et l’administration d’AnonOps, une plateforme de chat et de forums où les membres d’Anonymous peuvent évoquer les détails de leurs actions conjointes, recruter des volontaires et organiser des attaques. Il a dès lors été reconnu coupable de l’organisation de l’action de protestation qui allait provoquer un sérieux dommage. Il a été condamné à 18 mois de détention.

Ashley Rhodes et Peter Gibson, ses complices, étaient chargés de la collecte d’informations sur les cibles et ils ont été condamnnés à 7 et 6 mois de détention respectivement. Peter Gibson ne savait pas qu’Anonymous avait l’intention d’attaquer ces institutions financières et quand il a pris connaissance du plan, il a manifesté son désaccord, a quitté le chat et a rompu ses contacts avec les participants. Le juge a tenu compte de cette circonstance atténuante et a condamné Gibson avec 2 ans de sursis. Le verdict sur le dernier inculpé originaire de Chester et âgé de 18 ans sera prononcé au début du mois de février.

Source :

Jugés pour vengeance avec dommages

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception