Infos

Incursion des programmes malveillants dans les canaux de messagerie instantanée

Les experts de Fortinet ont détecté un nouveau ver de messagerie instantanée qui se propage via Skype et MSN Messenger.

Après avoir infecté l’ordinateur, ce programme malveillant, baptisé W32/Rodpicom.A, recherche la présence de ces clients de messagerie instantanée sur l’ordinateur et attend patiemment leur ouverture afin de pouvoir envoyer à tous les membres de la liste de contacts un message du type « lol is this your new profile pic ? » (« lol, c’est ta nouvelle photo de profil ?) contenant un lien malveillant. Rodpicom identifie également la version linguistique de Windows à l’aide du code du pays et applique le modèle correspondant afin que les destinataires ne doutent pas de l’identité de l’expéditeur.

D’après les experts de Fortinet, le nouveau ver est doté d’un arsenal important de mesures de protection. Il intègre une technologie de gestion des exceptions avec génération d’erreurs, ce qui permet à Rodpicom d’éviter l’analyse et rend la détection plus complexe. Le programme malveillant peut également se protéger contre les émulateurs antivirus et il utilise un algorithme de chiffrement pour l’obfuscation du code. Toutes les fonctions API sont traduites en nombres binaires, ce qui complique le déchiffrement.

Si le destinataire clique sur le lien malveillant dans le message diffusé via Skype ou MSN depuis un ordinateur infecté, il télécharge un autre ver de messagerie instantanée baptisé Dorkbot. Ce programme malveillant possède une porte dérobée qui permet d’établir une connexion à un centre de commande, voler des mots de passe, diffuser des messages non sollicités, charger des programmes malveillants, dont des nouvelles versions de Rodpicom, et remplir une multitude d’autres fonctions intégrées dans les différents modules du bot.

Sources :

Incursion des programmes malveillants dans les canaux de messagerie instantanée

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception