Infos

Google a comptabilisé les sites dangereux

La société Google a actualisé les statistiques publiées suite à l’analyse des données de Safe Browsing, le service de notification des utilisateurs sur les sites Internet dangereux. D’après les nouveaux chiffres, la majorité des avertissements de type « unsafe website » (site Internet dangereux) affichés dans les résultats des recherches et dans les navigateurs concerne des sites malveillants et non pas des sites de phishing.

Désormais, les résultats de Safe Browsing seront présentés dans une nouvelle rubrique du projet Transparency Report dans le cadre duquel Google publie les données relatives à la disponibilité des services et des données. C’est en 2006 que la société a introduit le service Safe Browsing. D’après les estimations de Google, ce service détecte et signale jusqu’à 10 000 sites dangereux par jour. Des algorithmes similaires de consultation sécurisée ont été intégrés dans Chrome, Firefox et Safari, si bien que les résultats de Safe Browsing sont désormais accessibles à plus d’un milliard d’utilisateurs.

D’après les statistiques présentées dans le Transparency Report, le nombre d’utilisateurs qui reçoivent des notifications de Google via le navigateur varie énormément. La semaine la plus calme a été enregistrée au mois de mars dernier avec seulement 9 millions de notifications. Le pic de notifications a été enregistré au cours de la deuxième quinzaine de juin avec 88 millions d’utilisateurs alertés en une semaine. En moyenne, il faut compter environ 100 millions de notifications par semaine dans les résultats de recherche de Google.

Bien que le nombre de sites de phishing a augmenté, la grande majorité des sites dangereux détectés par Google sont utilisés par des individus malintentionnés pour diffuser des programmes malveillants. D’après les données de la société, Blackhole et Gumblar sont à l’origine des pointes les plus notables dans les indices de Safe Browsing sur les objets malveillants. Les statistiques de Google sur les sites malveillants reprennent également des informations sur les infections répétées.

La publication des statistiques relatives aux sites malveillants et de phishing sur la page du Transparency Report de la société se justifie par le fait que la publication des données de Safe Browsing correspond à l’idée de ce projet. Ce dernier vise à garantir « l’ouverture et la transparence maximum des informations » sur les travaux de Google et ces nouvelles données vont venir appuyer les publications qui concernent les demandes de suppression de contenu et les demande de données relatives aux utilisateurs.

Source: http://googleblog.blogspot.com/2013/06/transparency-report-making-web-safer.html

Google a comptabilisé les sites dangereux

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception