Infos

Gartner évoque le risque de fuites sur les plateformes mobiles

D’après les prévisions de Gartner, les tablettes et les smartphones deviendront en 2017 le principal foyer de fuites au départ de périphériques. Qui plus est 75 % des causes de la violation de la sécurité du périphérique mobile seront liées à la configuration inadéquate des applications.

A l’heure actuelle, Gartner observe une réduction marquée des ventes d’ordinateurs tandis que la vente des périphériques portables est en hausse. D’après ce spécialiste de l’étude des marchés, les ventes de tablettes et de smartphones devraient atteindre cette année 2,2 milliards d’unités. De leur côté, les attaques contre les périphériques mobiles sont de plus en plus rusées.

Dionisio Zumerle, principal chercheur et analyste chez Gartner, a indiqué que « les erreurs de configuration et le non-respect des règles d’exploitation au niveau de l’application demeurent la principale cause des fuites de données au départ d’appareils mobiles, et non pas le niveau technique d’exécution des attaques. L’exemple classique de mauvaise configuration est l’utilisation incorrecte de services dans le Cloud à l’aide d’applications installées sur un smartphone ou une tablette. Le transfert de données de l’entreprise via de telles applications peut entraîner des fuites que la grande majorité des entreprises ne remarquent même pas.

Le programme malveillant pour appareil mobile qui fonctionne sur un périphérique modifié au niveau administrateur peut provoquer de sérieux dommages. Comme l’explique Dionisio Zumerle « les exemples les plus frappants de ces plateformes compromises sont les périphériques iOS jailbreakés ou les périphériques Android en accès root. Cette opération permet à l’utilisateur de bénéficier des privilèges d’administrateur ».

L’utilisateur réalise ces modifications consciemment afin de pouvoir accéder aux ressources qui sont normalement hors d’atteinte. Toutefois, il risque gros car il affaiblit le système de protection des applications et élimine le bac à sable, cet environnement d’exécution contrôlé qui empêche l’installation de programmes malveillants. Les appareils jailbreakés sont également vulnérables aux attaques par détection de mot de passe.

Pour éviter les fuites, Gartner conseille aux entreprises d’introduire des politiques de gestion des périphériques mobiles strictes, de mettre en place des pare-feu spéciaux pour limiter l’accès des applications à Internet et d’utiliser des conteneurs pour délimiter les données personnelles et les données professionnelles. « Nous conseillons également d’utiliser des services d’analyse de la réputation pour les applications mobiles et de mener un contrôle externe du contenu qui permet de bloquer une menace avant son installation sur l’appareil mobile » explique Dionisio Zumerle.

Gartner

Gartner évoque le risque de fuites sur les plateformes mobiles

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception