Infos

Gameover frappe à la porte des banques italiennes

L’analyse du nouveau fichier de configuration Gameover obtenu par F-Secure a démontré que les opérateurs de ce cheval de Troie ont ouvert la chasse aux systèmes de services bancaires par Internet italien. Le fichier actualisé reprend une dizaine de systèmes de cette catégorie (dont les services locaux de Deutsche Bank) dont les accès sont surveillés par le programme malveillant. La liste des banques ciblées contient des banques arabes.

Les experts ont automatisé au mois de mai dernier, la collecte des adresses IP de la modification p2p de ZeuS, connue sous le nom de Gameover. La zone de propagation de Gameover recouvre l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud, l’Europe de l’Ouest, les pays de la CEI, l’Afrique, le Moyen-Orient et la région Asie-Pacifique. Les enquêteurs ont été surpris de voir que près de 10 % des infections touchaient un pays, à savoir l’Italie.

Les données de F-Secure sont confirmées par les statistiques de SecureWorks (appartenant à Dell) citées dans l’excellente étude consacrée à Gameover et publiée au mois de juillet dernier. Selon les estimations de Secure Works, 9,2 % des adresses IP associées à ce cheval de Troie et 5,1 % des bots uniques (la différence entre les chiffres s’explique par le fait que les experts ont enregistrés les adresses IP dynamiques) se trouvent en Italie. L’Italie occupe la troisième place dans le Top 10 des pays d’après le nombre d’infections de Gameover. Elle est précédée par les Etats-Unis (22,1 % des bots, et 29,2 % des adresses IP) et par l’Allemagne (7,2 % et 4,7 %, respectivement).

Gameover a été identifié en tant que modification p2p de ZeuS en automne de l’année dernière, alors que le réseau de zombies créé grâce à lui (RSA) avait été détecté il y a un an. Selon les données de SecureWorks, ce réseau de zombies regrouperait actuellement près de 680 milles ordinateurs infectés dans 226 pays. Gameover est diffusé par courrier indésirable via le réseau de zombies Cutwail. L’URL diffusée via ces messages non sollicités est associée à des sites compromis qui redirigent les utilisateurs vers la plateforme de codes d’exploitation Blackhole. Suite au traitement du code d’exploitation, le cheval de Troie de téléchargement Pony est téléchargé sur l’ordinateur de la victime. Celui télécharge à son tour un fichier binaire ciblé depuis une autre ressource.

Selon les statistiques obtenues par SecureWork, ce sont plus de 40 institutions financières, en général modestes, qui ont été attaquées par Gameover entre les mois de mars et de juillet. Ce sont les utilisateurs américains qui ont surtout été pris pour cible et le FBI a publié des avertissements à plusieurs reprises sur les messages non sollicités visant à diffuser ce programme malveillant et sur l’astuce spéciale employée par ses opérateurs. Pour éviter les messages relatifs aux transactions frauduleuses réalisées par Gameover, les individus malintentionnés organisent en parallèle une attaque DDoS contre le site de la banque.

Source:
F-Secure
SecureWorks

Gameover frappe à la porte des banques italiennes

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception