Infos

Existence du réseau de zombies pour Mac OS X Flashfake confirmée

Au début de cette semaine, Dr.Web a annoncé la découverte du réseau de zombies Flashback (Flashfake) pour Mac OS X. Selon les estimations, ce réseau de zombies réunirait plus de 500 000 ordinateurs infectés tournant sous Mac.

Nous avons suivi cette annonce en analysant la version la plus récente de ce bot, à savoir Trojan-Downloader.OSX.Flashfake.ab.

Il est diffusé via des sites Internet infectés sous la forme d’un applet Java qui prétend être une mise à jour d’Adobe Flash Player. Ensuite, l’applet Java exécute le téléchargeur de premier niveau qui télécharge et installe par la suite le composant principal du cheval de Troie. Ce composant principal est un cheval de Troie de téléchargement qui se connecte en permanence à un de ses serveurs de commande et de contrôle et qui attend les nouveaux composants à télécharger et à exécuter.

Le bot localise ses serveurs de commande et de contrôle par noms de domaine et ces derniers sont créés à l’aide de deux algorithmes. Le premier algorithme dépend de la date du jour, tandis que le deuxième utilise plusieurs variables qui sont stockées dans le corps du cheval de Troie et cryptées à l’aide de l’UUID de l’ordinateur avec l’algorithme RC4.

Grâce à un travail de rétroconception sur le premier algorithme de création de domaine et en utilisant la date du jour (6 avril 2012), nous avons créé et enregistré le nom de domaine « krymbrjasnof.com ». Nous avons été ensuite capable d’enregistrer des demandes en provenance des bots. Dans la mesure où chaque demande d’un bot contient son UUID unique, nous avons pu calculer le nombre de bots actifs. Nos journaux d’activité indiquent que plus de 600 000 bots uniques se sont connectés à notre serveur en moins de 24 heures. Ils ont utilisé au total plus de 620 000 adresses IP externes. Plus de la moitié des bots réalisaient la connexion depuis les Etats-Unis.


Répartition géographique des bots Flashfake actifs

Nous ne pouvons confirmer ou nier que tous les bots qui se sont connectés à notre serveur tournaient sous Mac OS X. Les bots peuvent être identifiés uniquement par une variable unique appelée « id » qui se trouve dans l’en-tête http de l’agent utilisateur, le reste de l’agent utilisateur étant contrôlé statiquement par le cheval de Troie. Cf. exemple ci-dessous :

« Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1; WOW64; rv:9.0.1; sv:2; id:9D66B9CD-0000-5BCF-0000-000004BD266A) Gecko/20100101 Firefox/9.0.1 »

Nous avons utilisé des techniques passives de prise d’empreinte de la pile TCP/IP afin d’obtenir une estimation brute. Plus de 98 % des paquets de réseau entrant provenaient très probablement d’hôtes Mac OS X. Bien que cette technique repose sur l’heuristique et qu’elle ne soit pas fiable à 100 %, elle permet malgré tout d’avancer des estimations sur l’ampleur. Par conséquent, il est plus que probable que la majorité des ordinateurs qui exécutent le bot Flashfake soit des Mac.


Distribution approximative des systèmes d’exploitation utilisés pour se connecter à notre serveur

Existence du réseau de zombies pour Mac OS X Flashfake confirmée

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception