Infos

Etude d’AV-TEST sur le courrier indésirable

Les spécialistes de la société allemande AV-TEST ont analysé près de 550 000 messages non sollicités tombés dans les pièges de la société au cours des 18 derniers mois. 2,5 % des messages contenaient une pièce jointe malveillante.

La grande majorité des messages non sollicités détectés par AV-TEST entre août 2011 et février 2013 faisait la publicité d’articles de contrefaçon, dont des médicaments. Près de 30 000 messages non sollicités possédaient une pièce jointe dont le contenu a été désigné comme malveillant dans plus de 33 % des cas par les experts. Tous les fichiers exécutables envoyés dans les messages non sollicités (EXE, COM, SCR, BAT et PIF) étaient malveillants. 97 % des archives ZIP et 80 % des pièces jointes au format HTML présentaient également un danger. Les messages non sollicités contenant des liens vers des sites infectés ont représenté près de 1 %, mais les spécialistes ont indiqué que ce type de messages malveillant est de plus en plus difficile à identifier dans la masse de messages non sollicités.

D’après les statistiques d’AV-TEST, la majorité des messages non sollicités avec pièce jointe sont diffusés depuis des ordinateurs américains, mais dans ce cas, seuls 15 % des fichiers joints sont malveillants. Les messages non sollicités en provenance d’Inde et du Viet Nam sont les plus dangereux : les pièces jointes qui les accompagnent sont malveillantes dans 78 et 77 % des cas respectivement. L’Ukraine et la Corée du Sud enregistrent également des résultats élevés (plus de 50 %), tandis que pour la Russie, ce pourcentage est légèrement inférieur à 50 %.

Presque la totalité des messages non sollicités analysés a été diffusée par des outils automatiques, ce qui est tout à fait prévisible. Les week-ends, le flux de courrier indésirable diminue de 20 à 25 %, en raison de l’inactivité des réseaux de zombies de courrier indésirable composés d’ordinateurs utilisés dans des bureaux.

Source :

La version complète du rapport d’AV-TEST en français est accessibles à l’adresse

Rotten spam causing more infections than ever

Etude d’AV-TEST sur le courrier indésirable

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception