Infos

Des pirates exigent le paiement d’une rançon à Domino’s France

Un groupe de pirates qui se fait appeler Rex Mundi a annoncé qu’il avait réussi à pénétrer dans les serveurs français et belges de la grande chaîne de pizzerias Domino’s Pizza. Ces pirates affirment qu’ils ont réussi à voler près de 600 000 enregistrements de clients dans la base de données locale et ils menacent de publier ces informations si la chaîne ne leur verse pas la somme de 30 000 euros.

Tim McIntyre, vice-président de Domino’s chargé des communications, a confirmé l’attaque à Threatpost et a souligné que la fuite concerne uniquement des clients français et belges. Aucune information financière n’a été touchée. Le représentant de Domino’s a également reconnu que les pirates avaient formulé leur menace sur Twitter avant de contacter directement la filiale française pour exiger la rançon. Toutefois, la société, d’après Tim McIntyre, n’a pas l’intention de payer.

Le compte de Rex Mundi sur Twitter a été bloqué, mais pour l’instant rien ne permet d’affirmer si cette mesure est liée à l’attaque et aux menaces contre Domino’s.

Dans sa réponse au courrier de Threatpost, Tim McIntyre déclare : « Les données des cartes de crédit des clients et les autres types d’informations financières ont été épargnées car les systèmes touchés sont anciens et ne prennent pas en charge les commandes avec paiement par carte de crédit. Le transfert vers une plateforme identique à celle utilisée aux Etats-Unis en est toujours au stade de projet. L’attaque n’a touché que les marchés français et belge. Nous avons déjà adopté les mesures requises pour renforcer la sécurité du site. » Les auteurs de l’attaque ne croient pas en cette dernière affirmation et déclarent que les sites de Domino’s sont toujours vulnérables.

Un rapide survol des titres de publications antérieures a montré que Rex Mundi (« roi du monde » en latin) a souvent revendiqué des attaques contre telle ou telle organisation dans le but d’organiser des escroqueries. Cette fois-ci, les pirates ont déclaré sur dpaste.com qu’ils avaient réussi à voler les enregistrements de 592 000 clients de Domino’s. Il s’agit principalement de clients français. Seuls 60 000 clients belges environ ont été touchés. D’après ces messages, les données volées contiennent les noms complets, les adresses physiques, les numéros de téléphone, les adresses de messagerie électronique, les mots de passes, les instructions pour la livraison et les préférences des clients au niveau des ingrédients de la pizza.

Threatpost

Des pirates exigent le paiement d’une rançon à Domino’s France

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception