Infos

Des codes d’exploitation dans l’arsenal de Dyre

Des chercheurs de FireEye ont découvert de nouvelles versions de Dyre/Dyreza qui exploitent la vulnérabilité CVE-2015-0057 afin d’augmenter leurs privilèges sous Windows. L’élargissement des fonctions du Trojan bancaire avait été remarqué pour la première fois le 17 juin, un peu plus de quatre mois après la diffusion du correctif correspondant.

Cette vulnérabilité appartient à la catégorie use-after-free (utilisation d’une donnée en mémoire après sa libération). Elle se trouvait dans le pilote en mode noyau win32k.sys. Microsoft avait éliminé CVE-2015-0057 en février dernier (KB3036220, bulletin MS15-010). D’après FireEye, aucun code d’exploitation actif pour cette vulnérabilité n’a encore été détecté. Si CVE-2015-0057 a déjà été éliminé, la version actualisée de Dyre dispose d’une autre option: CVE-2013-3660.

Comme l’ont démontré les tests, une fois installé Dyre cherche avant tout à vérifier son niveau de privilège. Si le malware est exécuté avec des privilèges d’administrateur, il déchiffre son fichier de ressources, puis écrit le fichier binaire dans le système de fichiers et l’exécute.

En l’absence de ces privilèges, le Trojan lance la recherche de la mise à jour KB3036220 dont la présence indique que la vulnérabilité CVE-2015-0057 a été éliminée. Si tel est le cas, et uniquement dans cette situation, Dyre recherche une autre faille, à savoir, CVE-2013-3660. S’il ne trouve pas la mise à jour correspondante (KB2850851), il exploite cette vulnérabilité pour augmenter ses privilèges. Après avoir analysé ces deux codes d’exploitation, les chercheurs sont parvenus à la conclusion qu’ils proviennent probablement de développeurs différents.

D’après les informations de FireEye, le code d’exploitation utilisé par Dyre pour CVE-2015-0057 est dangereux pour les systèmes vulnérables suivants : Windows NT version 5.x (Windows XP/Windows 2000/Windows 2003) et NT version 6.0 ou 6.1 (Windows Vista/Windows 7/Windows Server 2008. La nouvelle arme du banker n’a aucun effet sur Windows 8.1. Les utilisateurs de versions vulnérables sont invités à installer sur le champ la mise à jour KB3036220 en raison de la circulation d’un code d’exploitation.

Source: FireEye

Des codes d’exploitation dans l’arsenal de Dyre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception