Infos

Cyber insolite 09.2009

Catégorie Nom
Top 3 des pays dans lesquels on détecte le plus de URL infectées

Première position – Canada 21%
Deuxième position – Etats-Unis – 16%
Troisième position – Chine – 15%
 

Top 3 des pays dans lesquels ont été identifiés le plus de sites web diffusant des objets infectés

Première position – Chine – 26%
Deuxième position – Etats-Unis – 18%
Troisième position – Russie – 12%

 

Sites malicieux causant des dommages à un grand nombre de visiteurs

langlangdoor.com – 1,62% d’infections de PC de l’ensemble des infections enregistrées dans le monde. Ce site chinois pornographique a été utilisé fréquemment afin de propager des contenus malicieux. Depuis ce site web, des tentatives de propagations de chevaux de Troie (parmi lesquels Trojan-Downloader.Win32.Agent et Trojan.Win32.StartPage) ont été déjouées.
 

Site générant le plus de malware unique

gddsz.store.qq.com – à partir duquel ont été diffusés 1142 objets malicieux. Cette liste comprend presque tous les types de comportement de la classification de malware de Kaspersky Lab.

 

Programme malveillant le plus lourd

Trojan.Win32.Chifrax.d – 388 Mo. De nombreuses variantes de ce malware existent. L’ensemble de leurs tailles est supérieure à 300 Mo.
 

Programme malveillant le plus petit

Trojan.BAT.Shutdown.ab – 30 octets. Ce malware fait partie d’un cheval de Troie et sa fonction consiste à déconnecter le PC de l’utilisateur à son insu.
 

Vulnérabilité la plus fréquente sur les PC des internautes

Adobe Flash Player Multiple Vulnerabilities (détectée pour la première fois fin juillet 2009). Cette vulnérabilité permet au cybercriminel d’accéder au système et d’exécuter un code aléatoire, d’accéder aux données confidentielles et de contourner le système de sécurité. Des informations sur cette brèche de sécurité sont disponibles à l’adresse suivante : http://www.viruslist.com/en/advisories/35948 (en anglais).
 

Vulnérabilité la plus fréquemment exploitée

Exploit.JS.DirektShow.a. Les exploits de cette famille, en association avec Exploit.Win32.DirektShow, utilisent une brèche très dangereuse dans le navigateur Internet Explorer 6 et 7. Ils sont largement répandus sur Internet.
 

Le malware le plus répandu dans le monde

Packed.Win32.TDSS.z, qui en l’espace d’un mois a été téléchargé par les internautes de 108 pays.
 

Le canular le moins drôle

Hoax.JS.Agent.c. Ce programme affiche une vidéo au contenu explicite ainsi que des messages injurieux sans que l’on puisse l’arrêter.
 

Cyber insolite 09.2009

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception