Infos

Condamnation avec sursis pour le chasseur de scalps

Manole Razvan Cernăianum a été condamné en Roumanie à 2 ans de prison avec sursis. Il n’est autre que TinKode qui était devenu tristement célèbre après avoir attaqué de nombreuses ressources clés aux Etats-Unis et en Europe de l’Ouest. Le pirate a également été condamné au paiement de dommages et intérêts aux victimes à hauteur de 120 000 dollars.

Dans ses conclusions du procès TinKode, le juge a estimé que les actions de l’accusé n’étaient pas motivées par la poursuite d’un gain matériel. Il attaquait les ressources uniquement pour sa reconnaissance personnelle et bien souvent, il écrivait à ses victimes pour signaler les vulnérabilités. Comme un gamin, il vantait ses exploits sur les forums et les réseaux sociaux. Parmi ses « trophées de chasse », il y a le site du Pentagone, de la Nasa, de l’Agence spatiale européenne, la marine britannique ainsi que MySQL, qui appartient désormais à Oracle.

TinKode a été arrêté par la police roumaine au mois de janvier et il était en détention préventive depuis avril. L’enquête qui avait débouché sur l’arrestation avait été menée en étroite collaboration avec le FBI et la NASA et c’est ainsi que le procès du pirate a porté sur des incidents qui ont touché les intérêts des Américains. Le tribunal roumain a reconnu le pirate coupable pour 6 événements. Toutes les peines (1 à 2) seront menées en parallèle, en tenant compte du temps passé en détention préventive. Une fois sa peine purgée, TinKode devra passer 4 ans en liberté conditionnelle. A titre de compensation, il devra verser 59 000 dollars à Oracle, 50 000 dollars à la NASA, 5 000 dollars à l’armée des Etats-Unis et près de 7 300 dollars au Pentagone. Il devra également payer les frais de justice et les honoraires des avocats.

Source :
softpedia.com
computerworld.com

Condamnation avec sursis pour le chasseur de scalps

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception