Cisco elimine une vulnerabilite d’execution de code dans asyncos

Cisco a éliminé cette semaine de graves vulnérabilités dans ses produits de gestion de la sécurité des messages électroniques et du contenu qui auraient pu permettre à un attaquant d’exécuter un code sous les privilèges de l’utilisateur root.

La société a diffusé un correctif pour son logiciel AsynOC jeudi, à la fois pour Email Security Appliance (ESA) et Content Security Management Appliance (SMA). D’après un communiqué, toutes les versions des produits sont considérées comme vulnérables tant qu’elles n’ont pas reçu le correctif car elles exécutent toutes les deux une version d’AsyncOS qui pourrait être exploitée par FTP.

Le communiqué explique que « la vulnérabilité est le résultat d’une validation insuffisante du fichier de la base de données SLBL. Un attaquant pourrait exploiter cette vulnérabilité en remplaçant un fichier de base de données SLBL valide par un fichier modifié ».

Ce fichier pourrait être altéré et inclure un code shell qui pourrait être exécuté ultérieurement, pour autant que FTP et la fonction Safelist/Blocklist (SLBL) soient activés), et octroyer à l’attaquant le privilège d’exécution d’un code arbitraire sur le système en tant qu’utilisateur root.

S’il est vrai que les utilisateurs peuvent désactiver à la fois le service FTP et le service SLBL, ce qui empêcherait le remplacement de la base de données SLBL par une base de données malveillantes, il n’existe pas de véritables solutions.

Les mises à jour qui éliminent la vulnérabilité peuvent être obtenues via le canal normal de mise à jour de Cisco.

ESA de Cisco permet de gérer le courrier électronique et intègre la protection antivirus et le chiffrement tandis que SMA collecte les données d’exécution des employés et permet de superviser les produits de messagerie électronique de la société et ses appareils de sécurité Internet.

Posts similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *