Adobe a renforcé la protection de Reader et Acrobat

La société Adobe Systems a annoncé le lancement des versions Adobe Reader XI et Acrobat XI dotées d’une fonction « bac à sable » élargie et d’autres améliorations qui renforcent la sécurité.

La société a intégré la technologie du bac à sable pour la première fois dans la version X d’Adobe Reader. L’année dernière, une solution similaire a été mise en oeuvre dans Adobe Acrobat X afin de pouvoir consulter les documents PDF en mode sécurisé (Protected View). D’après les experts, depuis l’introduction de la technologie du bac à sable dans ces produits, aucun code d’exploitation itw n’a pu être exécuté.

Dans les versions antérieures d’Adobe Reader, le mode sécurisé était garantit uniquement par la protection contre les requêtes d’écriture non autorisées qui empêchait l’installation de programmes malveillants et le contrôle des frappes de claviers dans le cas de l’utilisation avec une autre application. Dans la version XI, la technologie Mode protégé limite également les actions prévues par le mode « lecture seule », ce qui prévient le vol de données.

Un niveau de protection supplémentaire proposé dans la version XI est également garanti par la lecture sécurisée (Vue protégée), une nouveauté pour Adobe Reader et une amélioration pour Acrobat. Ce système fonctionne de la même manière dans les deux logiciels : il crée un environnement isolé pour la consultation des documents PDF dans le navigateur ou à l’aide d’une application totalement fonctionnelle. Dans ce cas, le mode Vue protégée est identique à son prototype développé par Microsoft pour Office 2010. Ce mécanisme bloque des actions malveillantes comme le suivi des mouvements du curseur à l’écran.

L’autre nouveauté est la prise en charge d’ASLR (technologie de randomisation de l’espace d’adressage), un élément de protection de plateforme contre les codes d’exploitation. Sous Windows 7 ou 8, Adobe Reader/Acrobat XI utilise le mécanisme Force ASLR, qui force la randomisation de toutes les DLL chargées par l’application, même celles compilées sans ASLR.

Pour les entreprises qui utilisent Windows et les développeurs Mac OS, il est prévu de créer des listes blanches grâce auxquelles les administrateurs système peuvent inclure des fonctions complémentaires comme l’exécution de Javascript pour des PDF, des sites ou des hôtes sélectionnés. Adobe Reader/Acrobat XI prend également en charge le système de cryptographie ECC (Elliptic Curve Cryptography) qui intervient dans la création de signatures numériques de contenu.

Source :
blogs.adobe.com

Posts similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *