Infos

Accusation de vol d’adresses de messagerie et de diffusion de courrier indésirable contre LinkedIn

Quatre utilisateurs américains de LinkedIn ont déposé plainte contre ce réseau social car ils affirment que les opérateurs du réseau "se sont introduit" dans leur boîte aux lettres pour diffuser des invitations à leurs contacts personnels. D'après les documents de la plainte  déposée en Californie, les actions de LinkedIn violent la législation fédérale contre la connexion non autorisée aux canaux de communication et la législation locale sur la protection de la vie privée.

D'après les demandeurs, LinkedIn demande des adresses de messagerie à ses membres mais n'explique nulle part que le réseau à l'intention d'inonder les amis d'invitations. Ces pratiques de marketing sont d'autant plus troublantes qu'elles sont réalisées sans l'accord des propriétaires des boîtes aux lettres et donnent l'impression que les propres membres du réseau sont à l'origine des diffusions.

Les demandeurs (un ex-employé chargé des publicités au New York Times, un professeur d'une université new-yorkaise, un producteur de cinéma et un juriste) espèrent créer un précédent et mettre un terme à cette pratique largement répandue en exigeant une compensation pour dommage moral. Ils demandent également la transformation de leur plainte en recours collectif car cela permettrait à n'importe quel membre de LinkedIn, enregistré avant le 15 mai 2013, de se porter comme partie au procès pour avoir subi les mêmes inconvénients. Une déclaration commune fait état de centaines de plaintes similaires et des citations sont proposées à titre de confirmation.  

De son côté, LinkedIn réfute toute violation de la législation que les demandeurs auraient perçu. Doug Maday, représentant du réseau social, a déclaré  : "LinkedIn a toujours mis les intérêts de ses utilisateurs en avant. Nous sommes convaincus que ces accusations ne sont pas fondées et nous allons défendre notre travail".

Source : http://www.huffingtonpost.com/2013/09/20/linkedin-sued-hacking-emails-spam_n_3963195.html

Accusation de vol d’adresses de messagerie et de diffusion de courrier indésirable contre LinkedIn

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception