100 millions de dollars pour complicité d’escroquerie

MoneyGram International a accepté de verser au Trésor américain la somme de 100 millions de dollars pour compenser les victimes d’escroqueries impliquant ce service de paiement en ligne. La confiscation dans l’intérêt des victimes est une des conditions de l’accord de poursuites différées signé par les représentants de la société devant le tribunal de district de Pennsylvanie.

MoneyGram a admis qu’elle comptait des employés corrompus et qu’elle avait fait semblant de ne pas voir leur participation dans des opérations de blanchiment d’argent. La principale cause de la chute de MoneyGram est une mauvaise définition des priorités : si un bureau local engendre de gros bénéfices, le service commercial le soutient en ignorant les plaintes des victimes d’escroquerie et les avertissements des services de lutte contre la fraude de l’Etat. Dédaignant tous les principes d’éthique commerciale, la société était uniquement intéressée par les revenus et avec sa complicité, des escrocs ont réussi à voler des milliers de dollars à des citoyens américains.

L’enquête a démontré que de 2004 à 2009, MoneyGram a violé à plusieurs reprises les lois américaines en réalisant des milliers de transactions via des agences impliquées dans des escroqueries internationales. La société a gagné de l’argent grâce aux actions des escrocs qui ont volé les utilisateurs au nom d’amis qui prétendaient avoir des problèmes ou de sociétés qui offraient des prix et des bons de remises en échange de données personnelles ou d’une modeste participation. Chaque fois, la victime était invitée à réaliser un virement international via MoneyGram. Les services de MoneyGram ont également été utilisés par des individus malintentionnés qui vidaient les comptes en ligne de leurs victimes à l’aide de programmes malveillants. Ils déposaient l’argent sur les comptes de prête-noms qui retiraient ensuite l’argent et le transférait à l’étranger. En cinq ans, le nombre de plaintes pour escroqueries impliquant MoneyGram déposées par des habitants des Etats-Unis et du Canada, a augmenté plus que la normale et le total des dommages provoqués par les actions de ses clients criminels avait atteint 100 millions de dollars.

Les autorités de Pennsylvanie ont accusé MoneyGram d’avoir violé les dispositions de la loi américaine sur le secret bancaire (Bank Secrecy Act) et 28 de ses ex-agents ont été accusés de conspiration, d’escroquerie et de blanchiment d’argent. Les dizaines de millions d’amende que la société a accepter de payer à titre de dédommagement des victimes de ces crimes financiers ne sont qu’une goutte d’eau dans la mer pour MoneyGram. D’après le témoignage de notre vieille connaissance Brian Krebs, MoneyGram est le deuxième service international de transfert d’argent derrière Western Union, une société qui a également commis quelques écarts. Le réseau MoneyGram compte 293 000 agences réparties dans 197 pays et territoires, soit deux fois plus que McDonald’s, Starbucks, Subway et Wal-Mart réunis. Le montant total des transferts réalisés en 2010 via les agences de MoneyGram à travers le monde entier s’élève à près de 19 milliards de dollars.

Outre le paiement de l’amende, la société sera placée sous contrôle pendant 5 ans. D’après les termes de l’accord, MoneyGram sera suivie tout au long de cette période par un contrôleur indépendant nommé par le ministère de la Justice des Etats-Unis. Ce contrôleur devra remettre des rapports réguliers au ministère sur l’exécution des obligations convenues dans l’accord et sur l’efficacité des mesures adoptées par la direction pour corriger la situation. MoneyGram est obligée de mettre à jour son programme de lutte contre les fraudes et le blanchiment d’argent, de respecter centralement les normes américaines et l’éthique professionnelle, de mettre en place uen système de récompenses pour le respect des normes juridique pour les membres de la direction et de renforcer l’audit légal dans les zones à risque. Si la société remplit toutes les conditions de cet accord, le ministère de la Justice interviendra pour demander l’abandon de toutes les accusations.

Source : justice.gov

Posts similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *