Infos

Une seule URL, et Google Chrome peut planter

D’après un communiqué de The Register, la nouvelle version de Google Chrome contiendrait une erreur de programmation capable de faire planter l’application en cas de saisie de certaines URL. Le simple fait de passer la souris sur l’adresse dans une page Web ou de cliquer sur le lien depuis une autre application suffit pour provoquer la fermeture du navigateur ou de l’onglet actif.

Andris Atteka, qui a découvert le problème la semaine dernière, a abordé le sujet dans son blog et a rempli un rapport de débogage. « Je n’ai malheureusement pas été récompensé car il s’agit seulement d’une vulnérabilité de déni de service » a écrit Andris Atteka. « Mais produire un logiciel protégé est bien plus compliqué que de trouver les erreurs qu’il contient. Merci Google. »

L’élément intéressant est que ce bogue provoque une erreur irrécupérable (SIGTRAP) et non pas l’erreur normale d’accès à la mémoire provoquée via un débordement de tampon, une corruption du tas ou d’autres problèmes similaires. Cela signifie qu’une partie du fichier exécutable n’aurait jamais du être exécutée dans des conditions normales.

La séquence « %%300 » en fin d’URL se convertit en %00, car 0x30 est le code ASCII du caractère « 0 ». C’est pour cette raison que %%300 se transforme en une ligne qui contient le « % », le « 0 » converti et le « 0 » initial. Par conséquent, un octet NULL apparaît en fin d’adresse.
L’adresse obtenue est envoyée à la fonction GURLToDatabaseURL() qui appelle ReplaceComponents(). L’URL est à nouveau traitée, mais cette fois avec l’octet NULL. La fonction en déduit que l’adresse n’est pas correcte et marque l’URL.

L’exécution revient à la fonction GURLToDatabaseURL() qui s’attend à ce que l’URL soit toujours valide et la transmet à la fonction spec(). Mais vu que l’URL n’est pas valide, l’application provoque une erreur lors de l’appel DCHECK(), même dans la version publiée.

Lorsqu’une URL de ce type est saisie d’une manière ou d’une autre, le navigateur envoie une adresse considérée comme invalide à un composant qui attend uniquement des adresses valides.

A l’heure actuelle, le problème se trouve dans le système de suivi des bogues Chromium et les développeurs planchent sur son élimination.

Source: The Register

Une seule URL, et Google Chrome peut planter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception