Infos

Un réseau de zombies composés de modules complémentaires pour Firefox recherche des cibles pour des injections SQL

Les attaques automatisées menées contre des sites à l’aide d’injections SQL ne datent pas d’aujourd’hui. Par contre, l’exécution de telles attaques à l’aide d’un réseau de zombies bâti sur des modules complémentaires de navigateur est quant à elle récente. Le célèbre journaliste d’investigation Brian Krebs signale qu’un tel réseau existe déjà sous le nom d’Advanced Power et qu’il est opérationnel depuis le mois de mai 2013 au moins. Il réunit 12 500 ordinateurs Windows qui, sur instruction des individus malintentionnés, ont déjà détecté près de 2 000 sites vulnérables parmi les sites consultés par les victimes de l’infection. Le mode d’infection n’a pas encore été défini. Le seul élément confirmé est que les bots se propagent en tant que module complémentaire Microsoft .NET Framework Assistant pour Firefox, mais ils n’ont absolument rien à voir avec le produit légitime du même nom.     

D’après Brian Krebs, les responsables du réseau de zombies Advanced Power utilisent les ordinateurs infectés en tant que plateforme distribuée d’analyse des sites en vue d’injections SQL. Dans ce cas précis, le réseau de zombies permet d’automatiser un processus qui est normalement manuel et qui prend du temps. Alex Holden, directeur général de Hold Security LLC, confirme les propos de Brian Krebs en signalant à Threatpost que les testeurs d’intrusion par exemple recherche la présence éventuelle de variables ouvertes sur un site à l’aide d’opérateurs SQL inoffensifs. Le botnet qui nous occupe réalise des actions similaires, mais à une échelle bien plus grande. 

Alex Holden a également indiqué à Threatpost que c’était la première fois qu’il voyait un réseau de zombies utilisé en tant qu’outil d’automatisation des injections SQL. Il ajoute : "Nous ne disposons d’aucune preuve de vol. La seule application visible de ce réseau de zombies semble être la recherche de vulnérabilités SQL. J’irai jusqu’à dire que les individus malintentionnés se contentent de consulter les journaux et d’essayer de deviner quels sont les sites vraiment vulnérables et ceux qui sont des faux positifs. Une fois l’évaluation terminée, il passe à l’exploitation directe de la faille."

"Les opérateurs SQL en eux-mêmes ne veulent rien dire pour l’application normale. Toutefois, après que le serveur SQL les a interprétés, il commence à renvoyer des résultats. La tâche principale du programmeur est d’empêcher l’interaction de l’utilisateur final avec le serveur SQL. Il s’agit du problème principal posé par les injections SQL : si vous avez la possibilité d’interagir avec le serveur SQL, vous pouvez l’amener à exécuter n’importe quelle requête aléatoire."      

Dans le cas qui nous occupe, l’expert explique que les individus malintentionnés ont programmé la commande SQL de sorte qu’elle crée un retard de 5 secondes lors du renvoi des données. Pour Holden, "C’est le signal attendu par les individus malintentionnés. Quand ils voient ce retard, ils comprennent que c’est le serveur SQL qui exécute une commande et non pas l’application".

Le directeur de Hold Security signale également que les 1 800 sites vulnérables détectés par Advanced Power ont un profil inhabituel et qu’ils varient au niveau de leur taille et de leur contenu. Tandis que la victime visite le site, le module complémentaire malveillant recherche en arrière plan la présence éventuelle sur le site de vulnérabilités exploitables. Alex Holden résume la situation : "Au final, les individus malintentionnés reçoivent un plan. Au lieu de balayer l’ensemble d’Internet, ils ont obtenu sans grandes difficultés 1 800 cibles prêtes".

Le module complémentaire malveillant, d’après Brian Krebs, a été analysé par malwr.com. Il serait capable de voler des mots de passe, mais tout indique que cette fonctionnalité n’a pas encore été activée. A l’heure actuelle, le programme malveillant est détecté par deux tiers des logiciels antivirus de la liste VirusTotal. Mozilla, de son côté, s’est empressé d’offrir une protection adéquate aux utilisateurs de Firefox et bloque déjà le module malveillant. Il est désactivé automatiquement dans le navigateur et l’utilisateur ne doit rien faire.

http://threatpost.com/botnet-using-phony-firefox-add-on-scans-for-sites-vulnerable-to-sql-injection/103197

Un réseau de zombies composés de modules complémentaires pour Firefox recherche des cibles pour des injections SQL

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception