Infos

Terminaux point de vente dans le collimateur

Les experts de Seculert ont identifié un programme malveillant spécialisé capable de voler les données des cartes bancaires au départ de terminaux point de vente sous Windows.

Le programme malveillant, baptisé Dexter, s’introduit dans le processus système iexplore.exe et garantit sa nouvelle exécution après la désactivation manuelle, crée une succession de processus actifs, définit des espaces mémoires pour chacun d’entre eux, réalise des opérations de lecture dans la mémoire tampon locale grâce à la fonction ReadProcessMemory et analyse les vidages mémoire à la recherche d’informations qu’il copie et envoie. D’après les experts, Dexter s’intéresse surtout au piste 1 et 2 des cartes bancaires : nom du détenteur, durée de validité et numéro de la carte, dont le code de la banque émettrice, la catégorie et le type de carte, le numéro de compte et, parfois, le code pays. Ces informations suffisent pour cloner les cartes.

Les données volées sont chiffrées et envoyées à un serveur de commande distant via HTTP POST. Les réponses de ce serveur, dont la mise à jour et la commande de suppression automatique, sont envoyées sous la forme de cookies chiffrés. Le système de chiffrement utilisé par Dexter a été décortiqué dans le blog Trustwave. Le serveur de commande est contacté selon une liste de 7 noms de domaine dans la zone .com. D’après les informations de Verizon, 6 d’entre eux sont enregistrés auprès d’un service qui garantit la confidentialité et sont résolus en une même adresse IP, bien connue des auteurs de ZeuS. Dans les versions d’essai plus anciennes de Dexter, le domaine était remplacé par une adresse IP et un chemin unique. Cette adresse, à l’instar du système AS correspondant (AS58001) ont une mauvaise réputation. Les experts de Verizon ont également identifié quelques ressemblances dans le comportement de ZeuS et de Dexter et ont signalé que certains logiciels antivirus de la liste Virus Total détectent le nouveau programme malveillant pour terminal point de vente sous le nom ZeuS.

D’après les informations dont nous disposons, Dexter existe depuis quelques mois sur Internet et a réussi à infecter des centaines de terminal point de vente dans des magasins de renom, des hôtels, des restaurants, ainsi que dans des parkings privés. Seculert a détecté ce programme dans 40 pays et 30 % des infections ont été enregistrées aux Etats-Unis, et 19 % en Grande-Bretagne. Le mode de diffusion de Dexter n’a pas encore été défini. La seule chose que l’on sait est que la moitié des victimes utilise Windows XP et que plus de 30 % sont des versions pour serveur.

Source :

Terminaux point de vente dans le collimateur

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception