Infos

Return Path : les commerçants gênent plus que les réseaux de zombies

Selon des données recueillies par la société d’analyse Return Path, spécialisée dans l’optimisation des services de messagerie, près de 70 % des réclamations envoyées via le bouton « spam » portent sur des diffusions de marketing et ces diffusions constituent 60 % des messages interceptés par les pièges à courrier indésirable. Avec de tels résultats, les commerçants dépassent de loin toutes les autres sources de messages électroniques, dont les réseaux de zombies qui ne représentent que 3 % des messages signalés comme indésirables par les utilisateurs et 11 % des messages captés par les différents pièges.

Cette étude repose sur les résultats de 3 mois de contrôle des flux de messagerie en Amérique du Nord et du Sud, en Europe, en Asie, en Australie et dans la région Asie-Pacifique. De juillet à septembre, Return Path a récolté des statistiques sur 315 000 diffusions réalisées via les services de messagerie de 241 fournisseurs ; le nombre de messages perdus, remis et filtrés a été calculé pour chacun d’entre eux.

Les spécialistes ont indiqué que le pourcentage de messages commerciaux remis aux Etats-Unis avait reculé de 5 % en un an. En terme de remise de messages légitimes, c’est l’Europe qui enregistre le meilleur résultat avec 84 %. L’Amérique latine quant à elle se retrouve en dernière position avec 69 %. Ceci étant dit, cet indice poursuit son recul dans chacune des régions. Cette tendance générale avait déjà été observée il y a 10 ans. Dans l’ensemble, ce sont les messages à caractère financier qui sont les plus souvent perdus ou filtrés. Les messages qui ont la plus grande probabilité d’être remis sont liés au commerce de détail ou aux jeux en ligne.

Selon les données de Return Path, 29 % des messages qui arrivent dans les boîtes aux lettres des utilisateurs sont des bulletins d’informations, 21 % sont des réponses et 9 % sont des messages personnels. 70 % des messages que le destinataire considère comme des messages non sollicités sont des publicités et des notifications légitimes qui n’intéressent plus le destinataire. Nombreux sont les utilisateurs qui ont oublié qu’ils s’étaient abonnés à un moment donné à une liste de diffusion ou qui tout simplement ne pensent pas à l’annuler car l’interface n’est absolument pas conviviale. Quoi qu’il en soit, il est plus simple de cliquer sur le bouton « spam » que d’annuler l’abonnement en suivant la procédure prévue. Afin d’éviter les associations malheureuses avec le courrier indésirable, les commanditaires de publicités légitimes doivent actualiser régulièrement les bases et suivre la réaction des abonnés afin de pouvoir corriger le tir des diffusions de marketing.

Source :

Return Path : les commerçants gênent plus que les réseaux de zombies

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception